SILAAM 2022 – Rendez-vous en terrain connu : repenser le voyage en anthropologie ? Journée 2

Le séminaire inter-laboratoires d’anthropologie Aix-Marseille Université se déroulera en deux séances. A la suite de la première journée qui s’est déroulée ce 28 Janvier dernier, la seconde journée se déroulera exclusivement en présentiel le 01 Avril 2022 au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée.

Lieu : MUCEM, Fort Saint-Jean, MucemLab, Marseille.

Horaires : 9h – 17h.

Entrée libre sur inscription : mucemlab@mucem.org

Nous vous accueillerons de 9h à 17h et nous aurons le plaisir d’écouter les présentations suivantes :

9h : Accueil.

9h15-9h30 : Introduction à la journée d’étude. – Charlotte Gasc, doctorante IDEMEC, AMU.

9h30-10h30 : X INCONNUES. Réflexions à partir de “L’Humanité c’est quoi ?” (1960) de Claude Lévi-Strauss. – Emmanuel Grimaud, anthropologue (CNRS-LESC).

10h30-11h30 : Un terrain analogue. Depuis Fukushima jusque La Hague, et retour. – Sophie Houdart, anthropologue (CNRS – LESC).

11h30-11h45 : Pause.

11h45-12h45 : “Venez, entrez ! Soyez les bienvenus dans cette exposition de peintures des temps anciens”. Retour sur le terrain d’une exposition parisienne yolnu. – Jessica de Largy Healy, anthropologue (CNRS – LESC).

12h45-14h30 : Déjeuner.

14h30-15h30: O Circulo cultural como experiência antropologica compartilhada – Le Cercle Culturel comme expérience anthropologique partagée. – Emiliano Dantas, photographe et anthropologue (CRIA-ISCTE).

15h30-16h30 : Incongruous Voyages : Experiments in anthropological knowledge using audio-visual methods of sensory enthography. – Voyages incongrus : expérimentations du savoir anthropologique à travers l’ethnographie sensorielle et les moyens audio-visuels. – Jeff Silva, anthropologue (EHESS-CNE).

16h30-17h : Conclusion et fin de la journée d’étude.

SILAAM 2022 – Rendez-vous en terrain connu : repenser le voyage en anthropologie ? Journée 1

 

Le séminaire inter-laboratoires d’anthropologie Aix-Marseille Université se déroulera en deux séances. La première journée d’étude aura lieu en ligne. Pour obtenir le lien de connexion, veuillez écrire à l’adresse mail suivante : silaam.orga@gmail.com.

Nous vous accueillerons de 9h à 13h et nous aurons le plaisir d’écouter les présentations suivantes :

9h-9h30 : Introduction à la journée d’étude – Axelle Djama (EHESS – CNE)

9h30-10h30 : Comment saisir des espaces économiques ? Echelles et pratiques du terrain anthropologique – Valeria Siniscalchi (EHESS – CNE)

10h30-11h30 : Du voyage à la diffraction. Retour sur une enquête ethnographique en Israël Palestine (1994-2013) – Cédric Parizot (IREMAM – CNRS – AMU)

11h30-12h30 : Marseille, une ville étrange(re) ? – Thomas Vaïsse (EHESS – CNE)

12h30-13h: Conclusion à la journée d’étude.

La seconde journée se tiendra le 01 avril 2022, au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM).

Au commencement était l’enfance (3e journée)

La catégorie de l’enfance et le statut ontologique de l’enfant renvoient à des réalités complexes et plurielles. Ces différentes déterminations permettent notamment d’interroger le paradigme de la distinction nature-culture au sein des sciences humaines et sociales.
Si la caractérisation de l’infans se transforme en fonction des époques et des sociétés, l’évocation récurrente du principe de croissance ou d’évolution pour désigner ces catégories renvoie à des analogies de seuils aux manifestations variées (ex : rites de passage, stades de développement). Or, de telles analogies impliquent des modes de représentation et d’identification particuliers, qui sont à la fois conditionnés et conditionnant dans le processus de fabrication de l’enfance ou du statut ontologique de l’enfant. En somme, interroger ces processus contribue à introduire de nouvelles perspectives de recherche sur la fabrique de l’humain et des humanités.

9h Introduction

9h30 Paul Luciani

Doctorant en anthropologie à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (IDEMEC), Aix-Marseille Université

Les enfants appartiennent-ils à la nature ? Enfants sauvages et ontogenèse des primates non-humains

A la suite des sciences naturelles, les sciences sociales s’attellent aujourd’hui à déconstruire l’opposition tranchée entre nature et culture. Dans ce cadre, on aura tôt fait de considérer que la question posée – celle de l’appartenance des enfants à la nature – est une formulation fort ethnocentrée, car, dans la plupart des sociétés, l’enfant est bien plutôt considéré comme l’émanation d’une sur-nature. L’anthropologie a ainsi documenté les pratiques qui consistaient à extirper le nourrisson de sa condition première pour l’humaniser et le fixer dans ce monde, puis à socialiser l’enfant pour lui permettre d’intégrer sa culture d’appartenance. Mais s’est-elle interrogée sur le chemin parcouru subjectivement par l’infans au cours de ce processus ? S’est-elle demandé ce qui faisait la particularité de l’ontogenèse humaine ? Sommes-nous, en un mot, programmés pour devenir des êtres culturels ? Deux cas nous permettront d’aborder ces questions : celui des enfants sauvages, dont l’insertion dans la culture a connu une défaillance, et celui des jeunes primates non-humains, dont les primatologues se demandent dans quelle mesure ils diffèrent des enfants humains.

10h30 Natacha Collomb

Anthropologue, chargée de recherche au CNRS – Centre Norbert Elias

Extrême précocité ou innéité des compétences émotionnelles, sociales et cognitives : quelle entrée des bébés dans l’humanité ?

En matière de « sciences » du bébé, celles qui parlent le plus distinctement, la psychologie du développement, les sciences cognitives et les neurosciences, s’accordent sur un point : les « compétences » des bébés ont été très longtemps sous-évaluées. Les progrès des techniques d’observation, d’exploration et d’expérimentation mais aussi d’enregistrement, de notation et de mesure semblent permettre d’identifier des compétences en de nombreux domaines : sensorialité, langage, mathématiques, conscience de soi (et donc d’autrui), sociabilité, … décrites parfois comme innées ou présentes dès la vie intra-utérine ou dès la naissance, parfois comme émergeant au cours des premiers mois de la vie. L’usage de notions telle celle de « compétence » et surtout celui de catégories telles celles d’« arithmétique » et de « syntaxe » propulsent le bébé du côté d’une humanité intrinsèquement et d’emblée sociale et savante. On peut se demander quel idéal d’individu ces représentations scientifiques, et les représentations naïves qu’elles produisent, contribuent à dessiner.

11h30 Christina Toren

Anthropologue, professeure émérite à l’Université Saint Andrews
 

Personhood and sociality in Fiji

Ethnographic analyses of how children’s ideas of the peopled world are constituted intersubjectively over time can be truly enlightening. Investigation of this ontogenetic process can reveal how people’s ideas come to have a purchase on the world, such that they are taken for granted as given in the nature of things. By the same token, this form of analysis of transformation and continuity in children’s ideas is able to show how the constituting process works. This paper briefly reviews some of my previous work with children in Sawaieke (Fiji) to discuss their ideas of the person and sociality, as these are evinced in their drawings and writings on subjects as various as hierarchy, gender, kinship, the household, death, chiefship. The paper includes some observations on why it makes analytical sense for anthropoloigsts to adopt a unified model of human being that allows them to render analytical the categories used by the people with whom they work.

12h30 Pause déjeuner

14h Clarice Cohn et José Valdir Jesus de Santana


Anthropologue, professeure à l’Universidade federal de São Carlos (UFScar)
Anthropologue, professeur à l’Universidade Estadual do Sudoeste da Bahia (UESB)


Tornar-se forte na cultura e experimentar a alteridade: dois projetos de escolarização em diferentes povos indígenas no Brasil, os Tupinambá de Olivença e os Xikrin do Bacajá


Devenir fort dans la culture et faire l’expérience de l’altérité : deux projets de scolarisation dans différents peuples indigènes du Brésil, les Tupinambá d’Olivença et les Xikrin de Bacajá.


Vivendo em regiões diferentes do país e com histórias diversas de relações com não-indígenas e com a escola, essa apresentação busca delinear como os projetos indígenas para a escola diferenciada podem ser variados. A partir de pesquisas etnográficas conduzidas pelos autores, demonstraremos a ênfase que os Tupinambá de Olivença, um povo do Nordeste brasileiro, dão à vivência da cultura indígena na escola, importante locus da retomada dos territórios, enquanto os Xikrin do Bacajá, povo indígena da Amazônia, investem na escola como um meio a partir do qual suas crianças podem aprender não só os conhecimentos, mas também os modos de ser e de se relacionar com a alteridade, por muito tempo personificados por professores e gestores não-indígenas. Pretendemos, com isso, apontar tanto para a importância da pesquisa etnográfica para melhor compreender as realidades das escolas indígenas, como para aquela dos projetos indígenas para com a escola, de acordo com suas noções de infância, suas realidades atuais e seus projetos de futuro.


Vivant dans différentes régions du pays et ayant des histoires diverses de relations avec les non-indigènes et avec l’école, cette présentation cherche à exposer comment les projets indigènes de scolarisation différenciée peuvent être variés. Sur la base des recherches ethnographiques menées par les auteurs, nous démontrerons l’importance que les Tupinambá de Olivença, un peuple du Nordeste brésilien, accordent à l’expérience de la culture indigène à l’école, un lieu important de reconquête de leurs territoires, tandis que les Xikrin de Bacajá, un peuple indigène de l’Amazonie, investissent dans l’école comme un moyen par lequel leurs enfants peuvent apprendre non seulement les connaissances, mais aussi les manières d’être et de se rapporter à l’altérité, pour longtemps personnifiée par des enseignants et des administrateurs non indigènes. Avec cela, nous entendons souligner l’importance de la recherche ethnographique pour mieux comprendre les réalités des écoles indigènes comme aussi celle des projets indigènes envers l’école, selon leurs notions de l’enfance, leurs réalités actuelles et leurs projets d’avenir.

15h Elodie Razy

Anthropologue, Professeure à l’université de Liège, membre du Laboratoire d’anthropologie sociale et culturelle (LASC-IRSS)

L’enfance du Mali au Mexique en passant par la Belgique. Nature et enfants en miroir.

Dans ma communication, je propose d’explorer l’enfance à partir de divers exemples ethnographiques (Mali, Mexique, Belgique). Je suivrai plusieurs fils conducteurs complémentaires afin de poser quelques jalons indispensables à la réflexion. Cette entrée en matière me permettra d’aborder ensuite la fertilité d’une approche croisant enfance et nature à partir du cas belge.

16h Conclusion

Au commencement était l’enfance (2e journée)

Programme

9h30 Accueil

9h45 Introduction générale

10h00 Daniel Stoecklin

« Pour une mise en abîme des déterminations de l’enfance : les horizons transactionnels. »

Professeur associé en sociologie, avec spécialisation enfance et droits de l’enfant. Il est depuis 2015 rattaché à la Faculté des Sciences de la Société de l’Université de Genève (Département de sociologie, Institut de recherches sociologiques) et il travaille au Centre interfacultaire en droits de l’enfant (CIDE).

A partir de la sociologie de l’enfance, qui porte sur la manière dont l’enfance est socialement construite dans le temps et l’espace (Alanen, 2011: 147), l’auteur plaide pour une mise en abîme des déterminants sociaux « classiques » (variables âge, genre, classe, ethnie, etc.). Il part du constat que toute institutionnalisation d’un statut juridique de l’enfant révèle la vision de l’enfance qui prédomine historiquement dans un contexte. La Convention relative aux droits de l’enfant (ONU 1989) proclame l’enfant sujet de droits. Or la capacité de jure d’exercer ses droits directement et/ou par l’intermédiaire de ses parents ou de ses représentants légaux n’équivaut pas à la capacité de facto d’être respecté. Des facteurs personnels (cognition, subjectivité) et sociaux (économiques, politiques) médiatisent la conversion des libertés formelles en libertés réelles (Sen, 1999). L’enfant « sujet de droit » reste « objet » de représentations et donc de pratiques qu’il n’a qu’une capacité limitée à orienter. Comme tout acteur social, l’enfant fait l’expérience du monde à travers des dimensions sensorielles qui se transforment en catégories de pensée et de langage. Pour être dicible, l’expérience sensorielle est traduite en horizons à travers lesquels l’acteur perçoit et reconstruit son environnement. C’est dans ce passage de la simultanéité sensorielle à la hiérarchisation discursive que s’ancre l’ordre des choses (Foucault 1970). L’auteur propose la notion d’horizons transactionnels pour rendre compte de cette traduction de l’expérience sensible en discours intelligible : ce sont les horizons culturels à travers lesquelles les acteurs sociaux rendent compte de leurs transactions naturelles. L’auteur fait l’hypothèse d’une correspondance entre les 5 sens naturels (toucher, odorat, ouïe, vue, goût) et cinq catégories intelligibles universellement observées (activités, relations, valeurs, images de soi, motivations). Les modes dominants de l’action – entrepreneurial, relationnel, moral, identitaire, motivationnel – correspondraient ainsi à des configurations d’horizons transactionnels qui caractérisent les contextes. Cette perspective contribue à la perspective de « l’humanisation de l’enfant » (thème du colloque), car elle montre que les situations concrètes sont toujours une limitation ou une libération d’une dynamique agentive. Cette vision dynamique des types-idéaux de l’action sociale – dont la singularisation était vue comme limitante par son concepteur lui-même (Weber, 1919) – permet de lire l’agentivité et la détermination relatives de l’enfant dans des contextes différents. Cela a pour conséquence que l’analyse de l’agentivité doit inclure une attention à la dynamique des horizons transactionnels qui peuvent expliquer les variations des facteurs individuels et sociaux mesurables. En effet, ces derniers sont eux-mêmes construits à travers ces modes d’action. L’auteur invite ainsi à une mise en abîme des facteurs « classiques » de l’analyse sociologique.

11h00 Steven Prigent

« Le problème de l’enfant-vagabond, économie morale paysanne de l’éducation (Cambodge) »

Enseignant à la faculté d’anthropologie de l’université de Bordeaux. Rattaché à Passages (CNRS UMR 5319) dans le cadre de ce contrat, il est associé à l’Institut de Recherches Asiatiques (CNRS UMR 7306) et au Centre Population et Développement (IRD UMR 196).

Les sciences sociales de l’enfance rappellent souvent que l’enfance reste une construction, que cet âge de la vie relève d’un arbitraire socio-historique souvent chargé d’un potentiel normatif qui s’exerce, notamment, à l’intention des enfants. Qu’en est-il dans le Cambodge rural contemporain ? À partir d’une série d’enquêtes menées dans un village de riziculteurs khmers depuis 2008, cette communication vise à traduire l’économie morale de l’éducation partagée par les paysans khmers et s’organise autour du problème du « vagabondage » des enfants. Les règles morales de la piété filiale, de l’accomplissement bouddhique de bienfaits et de la révérence entre les âges légitiment un dispositif d’orientation des conduites des garçons et des filles, tout en manifestant une certaine prudence vis-à-vis de la vie sociale des enfants lorsqu’ils sont « entre eux ». Ce problème interpelle d’autant plus qu’il se trouve aujourd’hui complexifié par la promotion internationale de valeurs éducatives démocratiques et d’empowerment.

12h00 Pause déjeuner

14h00 Yannick Jaffré

« Dire l’enfance, l’écouter se dire et décrire ses actes : une action anthropologique de santé publique ? (Afrique de l’Ouest) »

Directeur de Recherche émérite CNRS & Directeur scientifique du GID-Santé (Institut de France)

Si, en Afrique, le taux de mortalité néonatale a diminué ; paradoxalement, le nombre de décès néonatals a augmenté en raison de pratiques cliniques et techniques encore imprécises et d’un constant et rapide accroissement démographique. De même, l’amélioration du système de santé fait qu’un plus grand nombre d’enfants est hospitalisé, obligeant, de ce fait, à s’interroger sur la qualité des soins prodigués (prise en charge de la douleur, modalité des interactions soignants-soignés-aidants) et sur les façons dont les enfants intègrent, dans leurs quotidiennetés et leurs relations sociales, des maladies devenues chroniques.
A l’interface des dimensions médicales et sociales, nous montrerons comment la prise en compte des statuts du nouveau-né et le dégagement des dires des enfants contribuent significativement à l’amélioration de ces questions de santé publique. Ce faisant, nous nous interrogerons plus largement sur les dynamiques des constructions socio-sanitaires des vulnérabilités et sur les dimensions sociales des catégories éthiques. Si l’anthropologie décrit et analyse des situations d’enfances elle est aussi partie prenante des nouveaux statuts de l’enfance et des politiques de santé en Afrique de l’Ouest.
[Pour celles et ceux qui le souhaiteraient, un film témoigne d’une partie de ce travail : http://g-i-d.org/fr/gid-sante/programmes-de-recherches-en-cours/item/401-l-enfant-au-coeur-des-soins]

15h00 Tamara Dmitrieva

« Enfances sourdes : enfances à part ou à part entière ? »

Doctorante EHESS-CNE

Cette communication propose de faire un retour sur l’enquête en cours auprès de jeunes sourds et de leurs familles (dans la région marseillaise). A partir de quelques portraits d’enfants, nous essaierons d’approcher leurs expériences singulières de grandir sourd.e. La surdité prenant son sens dans une relation entre le sujet et le milieu, étudier des enfances sourdes permet de revenir sur les questions de la norme, de la différence et du handicap, ainsi que réinterroger le « naturel » et l’ « humain », notamment en matière du développement du langage. Enfances sourdes : enfances à part ou à part entière ? Cette communication propose de faire un retour sur l’enquête en cours auprès de jeunes sourds et de leurs familles (dans la région marseillaise). A partir de quelques portraits d’enfants, nous essaierons d’approcher leurs expériences singulières de grandir sourd.e. La surdité prenant son sens dans une relation entre le sujet et le milieu, étudier des enfances sourdes permet de revenir sur les questions de la norme, de la différence et du handicap, ainsi que réinterroger le « naturel » et l’ « humain », notamment en matière du développement du langage.

16h00 Frédéric Saumade

Propos conclusif

Au commencement était l’enfance – 2e journée (Séance reportée sin die)

La deuxième journée du Silaam de cette année arrive bientôt. Elle aura lieu le :

27 mars 2020, de 9h à 17h30
en Salle de colloque 1, au bâtiment T1
Université d’Aix-en-Provence
(29 avenue Robert Schuman) 


L’entrée est libre et gratuite. Vous trouverez ici le programme détaillé.

9h Accueil et collation

9h15 Introduction générale

9h30 Daniel Stoecklin :

« Pour une mise en abîme des déterminations de l’enfance : les horizons transactionnels. »

10h30 Steven Prigent :

« Le problème de l’enfant-vagabond, économie morale paysanne de l’éducation (Cambodge) »

11h30 Pause

11h45 Yannick Jaffré :

« Dire l’enfance, l’écouter se dire et décrire ses actes : une action anthropologique de santé publique ? (Afrique de l’Ouest) »

12h45 Pause déjeuner

14h30 Régine Sirota :

« La fabrication de l’enfance au travers de la réinvention d’un rituel : l’anniversaire »

15h30 Julien Vitores :

« Quand animaux et végétaux servent à (dé)faire le genre. Socialisation enfantine à la nature et différenciations genrées »

Au commencement était l’enfance : séance du 31/01/20202. Captations des conférences.

La première séance du séminaire de l’année 2020 au Mucem fut un succès. Si vous n’avez pas pu être présent-es, pas d’inquiétude, nous avons pu enregistrer l’ensemble des interventions !

Présentation du séminaire et Introduction générale par Paul Luciani.

1. Marie Dessons : L’infans et le travail de culture.

2. Pascale Bonnemère : Comment le genre vient aux enfants (Ankave, Papouasie Nouvelle-Guinée).

3. Carole Ferret : Discontinuités dans l’éducation des enfants et dans le dressage des chevaux en Asie intérieure. Pour un déplacement vers les modes d’action, plutôt qu’un renversement de perspective.

4. Anne-Sophie Giraud : Faire du foetus mort un “enfant” : un processus d’humanisation à l’oeuvre ?

5. Tal Piterbraut-Merx : L’enfance, la politique et le temps.

Le Silaam mobilisé contre la LPPR.

Voici le texte lu par le comité d’organisation lors de la dernière journée du Silaam, le 31/01/2020, au Mucem :

Nous, organisateur-ices du séminaire inter-laboratoire d’Anthropologie d’Aix-Marseille Université, membres issus des laboratoires de recherches du CNE, du CREDO, de l’IDEMEC, de l’IMAF et de l’IRASIA, nous exprimons notre opposition aux premières orientations du projet de loi pluriannuelle de programmation de la recherche (LPPR).

L’orientation choisie par le gouvernement augure une future intensification de la compétition entre les universités, les laboratoires de recherche et les enseignant-es-chercheur-euses dans le seul but d’établir des logiques de rentabilité définies par des critères quantitatifs plutôt que qualitatifs.

En tant que doctorants et doctorantes, futurs jeunes chercheurs et chercheuses, nous sommes particulièrement conscient-es des inégalités et de la grande précarité que le mode de fonctionnement actuel de la recherche entraîne chez la plupart d’entre nous. En cela, les propositions exprimées par la ministre de tutelle de développer de nouveaux types de contrats, comme ce que l’on nomme les « CDI de chantier », ne nous apparaissent pas comme une réponse adéquate à cette problématique. Seule la création de postes permanents et proportionnels à l’accroissement du nombre d’étudiant-es permettra d’améliorer les conditions d’exercice et les perspectives d’avenir des doctorant-es et jeunes chercheur-euses. La recherche vit en partie par et grâce à ces derniers et dernières, et la tenue de notre séminaire, qui associe chaque année un groupe de doctorant-es et un enseignant-chercheur titulaire, en est une nouvelle preuve.

Dans ces conditions, nous nous joignons aux mouvements grandissants qui s’expriment dans le milieu de la recherche, que ce soit dans les universités, les centres de recherches ainsi que dans les revues scientifiques. Soucieux-ses que le respect de la liberté de parole et d’agir de chacun prédomine dans les futures modalités d’actions, nous appelons chaque titulaire et non-titulaire à se réunir au sein de leurs institutions de référence afin d’échanger, de s’accorder sur une position claire et officielle quant à ce projet de réforme, et de décider conjointement des modalités d’actions les plus pertinentes pour défendre les intérêts de l’enseignement et de la recherche en sciences humaines.

Par ailleurs, nous sommes conscients que ce mouvement naissant dans le monde de la recherche se développe dans un contexte plus général de contestation au projet de réforme des retraites mené par le gouvernement depuis le début du mois de décembre. Dans ce cadre, nous soutenons toutes les actions qui visent à sortir les sciences humaines et sociales des centres de recherches et des universités dans lesquelles elles sont trop souvent cantonnées afin qu’elles prennent une part active aux mouvements et
jouent ainsi pleinement le rôle critique et émancipateur auquel elles sont destinées.

Nous affirmons enfin notre attachement à la vocation humaniste et universaliste de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’enseignement et la recherche doivent demeurer un service public libre et
indépendant, en dehors de tout intérêt privé, afin d’œuvrer au bénéfice de la société dans son ensemble. Mais la liberté a un coût ; elle implique que les enseignants-chercheurs puissent bénéficier de budgets récurrents, s’appuyer sur des emplois pérennes de fonctionnaires et enfin compter avec une évaluation qualitative par les pairs et non simplement déterminée par des logiques budgétaires.

Nous vous remercions de votre attention.

Au commencement était l’enfance – Première journée : 31 janvier 2020

La première journée, dont voici le programme détaillé, arrive enfin ! Nous vous rappelons que l’entrée est ouverte à toustes, mais qu’il est nécessaire de s’inscrire en amont sur i2mp@mucem.org. Vous trouverez le un fichier rassemblant programme et plan d’accès ici.

Nous avons hâte de vous retrouver le 31 janvier prochain, de 9h à 17h, au MuCEM en Salle Meltem.
– Entrée basse du Fort Saint Jean (Tour du Roi René) I2MP (Institut méditerranéen des métiers du patrimoine ) 201 quai du port, 13002 Marseille. –

La catégorie de l’enfance et le statut ontologique de l’enfant renvoient à des réalités complexes et plurielles. Ces différentes déterminations permettent notamment d’interroger le paradigme de la distinction nature-culture au sein des sciences humaines et sociales.

Si la caractérisation de l’infans se transforme en fonction des époques et des sociétés, l’évocation récurrente du principe de croissance ou d’évolution pour désigner ces catégories renvoie à des analogies de seuils aux manifestations variées (ex : rites de passage, stades de développement). Or, de telles analogies impliquent des modes de représentation et d’identification particuliers, qui sont à la fois conditionnés et conditionnants dans le processus de fabrication de l’enfance ou du statut ontologique de l’enfant. En somme, interroger ces processus contribue à introduire de nouvelles perspectives de recherche sur la fabrique de l’humain et des humanités.

9h Accueil et collation

9h15 Introduction générale

9h30 Marie Dessons : L’infans et le travail de culture.

Psychanalyste, psychologue clinicienne, maître de conférences en psycholo- gie clinique à l’Université Paul Valéry – Montpellier, membre du Laboratoire Epsylon (EA4556)

La psychanalyse considère que depuis sa naissance l’enfant se construit suivant un long processus de subjectivation, qui s’étaye sur un double mouvement. Le premier est externe, il s’appuie sur l’environnement et la réalité extérieure, depuis la dyade mère-enfant jusqu’au groupe social, à partir du mythe de l’enfant indifférencié dans un état anobjectal. L’autre est intrapsychique, il accompagne notamment le domptage des pulsions, que Freud qualifie de « travail de culture ». L’entrée dans la dimension symbolique du langage témoignera de cette dialectique dedans-dehors. Les souffrances psychopathologiques de l’enfance seront autant de traductions singulières des aléas de ce processus, ses entraves et ses impasses.


10h30 Pascale Bonnemère : Comment le genre vient aux enfants (Ankave, Papouasie Nouvelle-Guinée)

Anthropologue, directrice de recherche au CNRS – CREDO UMR 7308

Pour les Ankave de Papouasie Nouvelle-Guinée, le sexe de naissance ne suffit pas à faire un garçon ou une fille. Pour qu’un enfant acquière le genre correspondant à son sexe (avec ses domaines d’activité propres), des interventions rituelles qui trouvent leur apogée dans les initiations masculines sont nécessaires.


11h30 Pause

11h45 Carole Ferret : Discontinuités dans l’éducation des enfants et dans le dressage des chevaux en Asie intérieure. Pour un déplacement vers les modes d’action, plutôt qu’un renversement de perspective.

Anthropologue, chargée de recherche au CNRS – LAS UMR7130

Dans l’optique d’une comparaison entre le traitement de la nature et le traitement d’autrui en Asie intérieure, j’examinerai dans quelle mesure il est possible de rapprocher l’éducation des enfants et le dressage des chevaux, deux processus d’humanisation et de domestication. Depuis quelques décennies, les sciences sociales, friandes de tournants épistémologiques tant dans le domaine de l’enfance que dans celui des animaux, préconisent d’adopter le point de vue enfantin ou animal. Plutôt qu’un tel renversement, je proposerai de déplacer la comparaison, depuis les analogies assimilant enfant et animal vers l’examen des modes d’action mis en œuvre dans diverses techniques éducatives. Ainsi, en Sibérie et en Asie centrale, plusieurs aspects des processus éducatifs se distinguent par une forte discontinuité. La socialisation des jeunes enfants (choyés puis contraints), leur apprentissage de la marche (immobilisés puis libérés), ou l’entraînement des chevaux de course (engraissés puis affamés), le dressage des chevaux de selle (attachés puis lâchés) sont marqués par une succession de phases contrastées et non par une habituation progressive.


12h45 Déjeuner


14h30 Anne-Sophie Giraud : Faire du fœtus mort un « enfant » : un processus d’humanisation à l’œuvre ?

Docteur de l’EHESS en anthropologie – LISST UMR5193-

Les pratiques développées autour de la mort périnatale depuis les années 1990 tendent à faire du fœtus mort un « quasi-enfant » : on le lave, on l’habille, on le présente au couple, on le prénomme, on lui organise des obsèques. L’ensemble de ces pratiques ont été perçues comme étant une entreprise « d’humanisation » du fœtus mort. De « déchet anatomique », il serait devenu un « enfant », humain. Mais assistons-nous à un processus « d’humanisation », ou de « personnification » ? Dans les débats bioéthiques, les statuts d’humain et de personne sont sou- vent confondus, parfois intentionnellement. Le cas du fœtus mort nous servira de révélateur de ces deux processus, qui s’opèrent tout au long de la grossesse et après la naissance.

15h30 Tal Piterbraut-Merx : L’enfance, la politique et le temps.

Doctorante en philosophie à l’ENS Lyon – TRIANGLE UMR 5206

Cette communication a pour objectif d’interroger la compréhension de l’enfance comme sujet en développement, et donc inachevé. Il s’agit d’analyser comment la représentation de l’enfant en futur-e citoyen-ne répond au geste de projection temporelle inhérente à la politique.

16h30 Discussion et fin.