De la justesse à la justice, séance du 10 mars 2017 : Programme

Programme de la journée

9h00 – 9h30 : Accueil des participants / Café de bienvenue

9h30 – 9h45 : Introduction

9h45 – 10h30 : Jean-Louis Briquet, politologue (CNRS, CESSP- EHESS-Université Paris 1), « Juger la politique. Entreprises judiciaires, mobilisations publiques et dénonciations morales autour de la corruption dans l’Italie de Tangentopoli (1992-1994) »

10h30 – 11h15 : Aurélie Fillod-Chabaud, sociologue de la parenté et du droit (CNE-EHESS, Iremam, CNRS-AMU), « Sociologie d’une institution « injuste ». La perception de la justice familiale par le mouvement des pères séparés »

11h15-11h45 : Discussion et conclusion de la matinée

Discutants : Frédéric Rouvière (Professeur, co-directeur de l’Académie de Droit d’Aix-Marseille Laboratoire de théorie du droit, LDT EA892 – AMU), Alice Fromonteil (Doctorante en anthropologie, CREDO, CNRS-AMU-EHESS).

12h00 – 14h00 : Déjeuner

14h00 – 14h45 : Christine Demmer, anthropologue (CNRS, CNE), « Genèse et enjeux de la reconnaissance d’un pluralisme juridique en Nouvelle-Calédonie »

14h45 – 15h30 : Gabriel Facal, anthropologue (IrAsia, CNRS), « “Vivre dans la piété ou mourir en martyre”. Rhétorique et pratiques d’auto-justice de l’organisation indonésienne du Front des défenseurs de l’islam »

15h30-16h00 : Discussion et conclusion de l’après-midi

16h00 : Conclusion générale

Discutantes : Marie-Josée Domestici (Professeur émérite Droit public, Droit humanitaire et gestion des crises DHUGESCRI, DICE, CNRS-AMU), Sarah Coulouma (Doctorante en anthropologie, IrAsia, CNRS-AMU), Léa Linconstant (Doctorante en anthropologie, IDEMEC, CNRS-AMU).

Résumés des interventions

Jean-Louis Briquet (Politologue, directeur de recherche au CNRS, Centre européen de sociologie et de science politique CESSP – EHESS – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

« Juger la politique. Entreprises judiciaires, mobilisations publiques et dénonciations morales autour de la corruption dans l’Italie de Tangentopoli (1992-1994) »

La communication porte sur les conflits politiques et moraux qui ont accompagné les enquêtes judiciaires sur la corruption en Italie au début des années 1990 (Tangentopoli). On s’interrogera sur la manière dont les révélations de la magistrature ont perturbé le jeu politique, en mettant fin aux tolérances officieuses des pratiques transgressives des élites dirigeantes et en constituant la probité publique (le plus souvent juridiquement attestée) en ressource centrale de leur légitimité.

Aurélie Fillod-Chabaud (Sociologue de la parenté et du droit, postdoctorante CNE-EHESS, Iremam, CNRS-AMU)

« Sociologie d’une institution « injuste ». La perception de la justice familiale par le mouvement des pères séparés »

Cette communication porte sur un mouvement – celui des pères séparés – qui s’insurge contre la manière dont une institution – la justice familiale – régule les séparations conjugales. Je questionnerai les ressorts de l’indignation de ce mouvement (revendications, rhétorique, répertoires d’action) mobilisés afin précisément de décrédibiliser la capacité de cette institution à rendre justice. Je montrerai la manière dont varie ce sentiment d’injustice grâce à un terrain comparatif (France, Québec) au sein duquel les modalités d’encadrement et de régulation des séparations conjugales divergent.

Je montrerai également combien le fait de cibler internationalement l’institution judiciaire – et quelques soient son taux de féminisation et son mode de fonctionnement – traduit plus généralement une volonté, de la part de ces pères, de garder le contrôle sur les reconfigurations de la sphère privée.

Christine Demmer (Chargée de recherche au CNRS en anthropologie et rattachée au CNE)

« Genèse et enjeux de la reconnaissance d’un pluralisme juridique en Nouvelle-Calédonie »

Ma communication reviendra sur la genèse et les enjeux contemporains de l’incorporation d’un droit civil kanak dans le droit français et/ou néo-calédonien. Formulant l’hypothèse que la manière dont on envisage l’évolution du droit ne peut s’appréhender en dehors d’un projet politique plus global en lien avec la définition de l’Etat, je replacerai la perspective actuelle d’écriture d’un droit coutumier kanak en vue de l’instauration d’un « pluralisme juridique institutionnel » dans une perspective plus ancienne : celle des nationalistes désireux de voir reconnaître en droit certaines pratiques sociales afin d’accompagner la construction d’une indépendance véritablement kanak – mais au sein d’un Etat unitaire. Mon propos ne s’inscrit donc pas dans une réflexion sur le droit comme outil au service des dominants mais envisage bien plutôt ce dernier comme un outil de reconnaissance des dominés. Comme y invitait Bourdieu (1980), il prend toutefois en compte les luttes de pouvoir relatives à la définition et aux frontières des groupes sociaux visés par le droit coutumier. Le cas kanak permet alors également de souligner la difficulté à vouloir faire coïncider un droit strictement communautaire avec « la réalité sociologique » chère à la perspective de Carbonnier dans la mesure où cette communauté autochtone, comme les autres, est inscrite de longue date dans des entités plus vastes – quand bien même cette incorporation fut et peut rester imparfaite.

Gabriel Facal (Anthropologue, chercheur post-doctorant associé à
l’IrAsia, CNRS)

« “Vivre dans la piété ou mourir en martyre”. Rhétorique et pratiques d’auto-justice de l’organisation indonésienne du Front des défenseurs de l’islam »

L’Indonésie a été marquée à la fin de l’année 2016 par d’importantes manifestations visant la destitution et l’emprisonnement de Basuki Tjahaja Purnama, le gouverneur (sino-chrétien) de Jakarta. Cette mobilisation fut essentiellement menée par le Front des défenseurs de l’islam (Front Pembela Islam, FPI), organisation créée quatre mois après la démission du président Suharto (1966-1998), sous le patronage de membres hauts placés de la classe politique, de l’administration, de la police, de l’armée et de la pègre.

L’objectif initial du FPI est de faire intégrer en préambule de la Constitution la Charte de Jakarta, imposant aux musulmans de respecter la loi islamique. En plus de considérer les fondements du droit indonésien comme amoraux, voire immoraux, l’organisation juge les autorités défaillantes dans leur capacité à faire appliquer les lois. De ce fait, elle incite à des initiatives citoyennes d’auto-justice afin de mener un ensemble d’actions violentes contre ce qu’elle identifie comme des « lieux de perdition » (clubs, bars, salles de jeux et maisons closes) et les groupes religieux minoritaires qu’elle qualifie de « déviants ». En menant des opérations humanitaires qu’elle médiatise intensément, elle justifie la participation de sa branche armée à différents conflits dans les régions périphériques de l’Archipel, où elle développe des ramifications. Le FPI permet aussi à de nombreux acteurs politiques de déléguer le traitement de questions estimées nécessaires au succès de leurs objectifs particuliers, mais qui sont situées aux marges de la légalité. Ces questions concernent des activités d’extraction des ressources naturelles, de contrôle des territoires et des flux migratoires aux frontières, d’opérations de privatisation ou de nationalisation des biens.

L’évitement politique de la question religieuse et la volonté collective des élites politiques de conserver des espaces de mobilité transversale entre les institutions participent au développement de zones grises du droit, propices aussi bien à la multiplication des tribunaux semi-officiels qu’à la prolifération des légalités officieuses. Sur la base de ce système fluide de règles tacites, le fondateur du FPI, Rizieq Syihab, étaie un projet de moralisation de la société combinant une vision rigoriste de l’islam avec des préceptes idéologiques multiformes. Son discours se déploie au travers d’une rhétorique jouant sur les paradoxes apparents. Ainsi de sa combinaison entre salafisme politique et opposition au wahhabisme, ou de sa jonction entre sympathie au jihad armé et hostilité aux attentats-suicides. De fait, l’aspect volontairement ambigu de son discours conduit à interroger la façon dont la gouvernance indonésienne joue de l’interaction entre les socles locaux de légitimation des détenteurs d’autorité et les régimes juridiques d’ordres positif, coutumier et religieux.

 

Crédits : Tag de la collection “the Freedom Charter” par Faith47, Capetown, Afrique du Sud, 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.