Conflits au ras du sol : approches croisées des mobilisations pour la terre, 26 janv. et 29 mars 2024

La nouvelle équipe d’organisation du séminaire inter-laboratoire d’anthropologie d’Aix-Marseille (Silaam), constituée de Violette Dolin (IrAsia/AMU), Mélissa Kodituwakku (CREDO/EHESS), Blandine Salla (Centre Norbert Elias/EHESS), Yacine Amenna (Centre Norbert Elias/EHESS), Maxime Henninger (IDEAS), appuyés par Giulia Fabbiano (IDEAS/AMU) et Guillaume Aleveque (CREDO/AMU), a le plaisir de vous présenter l’édition 2023-2024 du Silaam. La thématique générale retenue pour cette édition est la suivante : « Conflits au ras du sol. Approches croisées des mobilisations pour la terre ». Le séminaire se déroulera en deux journées, le 26 janvier au MucemLab à Marseille et le 29 mars à la MMSH à Aix-en-Provence.

Le séminaire est organisé avec le soutien du CNRS, d’Aix-Marseille Université, du Mucem et de la MMSH s’agissant de l’accueil, ainsi que les laboratoires impliqués : Centre Norbert Elias, Centre de Recherches et de Documentation sur l’Océanie (CREDO), Institut d’Ethnologie et d’Anthropologie Sociale (IDEAS), Institut des Mondes Africains (IMAF), Institut de Recherches Asiatiques (IrAsia), Laboratoire Population Environnement Développement (LPED).

Argumentaire

Le sol – cette intrication entre le territoire et la terre – est un objet d’oppositions récurrentes longtemps au cœur des dominations coloniales, qui demeure un enjeu important des luttes décoloniales et écologiques contemporaines. Dans son article « What is land ? Assembling a resource for global investment », l’anthropologue Tania Li rappelle que les significations que nous donnons à la terre ne sont pas stables et sont bien souvent contestées : « La terre peut être à la fois une source de nourriture, un endroit où travailler, une marchandise aliénable ou un objet à taxer » (Li, 2017 : 19). Les conflits liés à la manière légitime de la définir, de la posséder ou de la transformer en ressources sont nombreux. Maurice Godelier définissait le territoire par une portion de l’espace – ou de la nature – sur laquelle un groupe « revendique et garantit à tout ou partie de ses membres des droits d’accès, de contrôle et d’usage portant sur tout ou partie des ressources qui s’y trouvent » (Godelier, 1984 : 112). Les modalités même de son exploitation passée, présente et future sont sujets à débat et un puissant support de contestation. Le territoire ne se limite pas aux frontières, c’est aussi la terre qu’on cultive et qu’on habite et qui participe ainsi à la définition du rapport des individus au vivant. Le sol permet de tenir ses différentes dimensions dans leurs dynamiques sociales, économiques, politiques ou écologiques. Il peut être espace urbain ou terre agricole, lieu de vie collective, de circulation ou d’exploitation de ressources. À partir d’enquêtes ethnographiques ou de réflexions récentes, ce séminaire propose d’appréhender de quelles manières les modes d’habitat, de vie et d’appropriation des sols engendrent des situations conflictuelles.

Le conflit est un objet de recherche privilégié des sciences sociales (Bulle, Tarragoni, 2021) et une notion majeure en anthropologie (Ciavolella, Wittersheim, 2016). L’anthropologie sociale britannique appréhende cette notion comme celle qui permet de pouvoir notamment illustrer les systèmes et les dynamiques politiques (Fortes, Evans-Pritchard, 1964 ; Gluckman, 1956). Il représente un opérateur et un révélateur des systèmes de perception, des enjeux économiques et politiques dans un contexte précis. Les situations de conflit illustrent les rapports de force en jeu (Bailey, 1971), les divergences et les vulnérabilités, tout en éclairant leurs reconfigurations possibles, comme l’attestent l’étude du leadership ou des politiques transactionnelles (Barth, 1959). L’apport de la discipline a été justement de pouvoir observer, à partir d’interactions quotidiennes, la constitution, la préservation et la légitimité des formes de dominations dans différentes situations sociales. La dimension conflictuelle ne se limite ainsi pas à la guerre ou à la violence et peut aussi être régulée par une circulation de biens et d’individus dans les logiques du don afin de préserver un équilibre social (Mauss, 1985). Les conflits peuvent également être appréhendés dans leur dimension rituelle et symbolique (Gluckman, 1963), qui donnent à voir des situations d’élicitation sociale (Dousset, 2018), afin de déterminer le licite de l’illicite, le bien du mal, et de mettre en lumière des régimes juridiques et moraux (Fassin, 2008). Au delà de l’analyse des facteurs du conflit, de ses formes ou de ses effets, il reste cependant difficile de s’accorder sur une définition et une délimitation du concept de conflit en sciences sociales (Busino, 1992, chap VIII.). Dans l’encyclopaedia universalis, le sociologue Alain Touraine détermine le conflit par « une relation antagonique entre deux ou plusieurs unités d’action dont l’une au moins tend à dominer le champ social de leurs rapports.” (Touraine, encyclopædia Universalis). Il suppose l’expression d’une
contradiction au système dans lequel évolue des acteurs de manière interdépendante. Certaines situations de tension, de concurrence ou de compétition, peuvent ainsi être exclues du champ du conflit lorsqu’elles n’impliquent pas une remise en question volontaire et orientée des rapports de pouvoir au sein d’un système.

Le titre « conflits au ras du sol » évoque plusieurs thèmes qui semblent incontournables. Les ressources naturelles sont un point d’entrée majeur d’une analyse des conflits liés à l’occupation et aux usages des territoires. Le concept d’extractivisme, entendu comme l’extraction de matières premières ou peu transformées (ressources minières, fossiles ou agricoles) en vue de leur exportation vers des marchés plus ou moins lointains (Acosta, 2013 ; Chagnon et al., 2022), a été forgé dans l’observation de situations coloniales. Le drainage de ressources naturelles comme l’or, l’argent, le charbon, le pétrole, le café, le cacao ou encore les diamants est consubstantiel à la mise en place de systèmes de domination sur les territoires et sur les hommes. Ces enjeux et ces rapports de force sont historiques et restent très actuels dans les luttes autour du nickel en Nouvelle-Calédonie, des forêts en Allemagne ou du gaz de schiste en Algérie pour ne citer que quelques exemples. En effet, l’extractivisme représente un puissant levier politique local et international tout autant qu’un concept heuristique fécond pour l’anthropologie. L’exploitation des ressources d’un sol peut également provoquer des contaminations et des dégradations que la terre garde en mémoire, et qui peuvent être source de conflit à long terme. Les risques, les effets et les responsabilités liés à la pollution des sols peuvent ainsi être des sujets de tensions et de débats pendant de nombreuses années, comme dans le cas du Chlordécone dans les Antilles française, de l’agent orange déversé par l’armée américaine pendant la guerre du Viêt Nam ou encore des essais nucléaires français en Algérie et en Polynésie française.

D’autre part, les dynamiques colonialistes historiques et contemporaines engendrent des conflits de frontières et tendent à exacerber les oppositions autour de la propriété de la terre. Le contexte actuel en Palestine et en Israël en est un exemple particulièrement révélateur qui montre également le retentissement international que ces conflits peuvent avoir dans le cadre géopolitique mondialisé contemporain.

On ne saurait aborder les conflits de territoire sans évoquer les formes des luttes et des mobilisations qu’ils engendrent. D’ailleurs, les occupations symboliques et physiques d’espaces (ronds-points, places publiques, rues, universités, entreprises, etc.) sont centrales dans les manières de lutter. Les modalités d’occupation et de contrôle de l’espace public par l‘État dans les quartiers populaires sont des enjeux cruciaux dans la question des discriminations subies par leurs habitants. Du Larzac à Notre-Dame-des-Landes ou encore Sainte-Soline, de nombreux exemples de luttes au sujet des usages légitimes de l’espace et de l’appropriation des ressources ont traversé la France contemporaine. Ces zones deviennent des espaces d’expérimentation, aussi bien sur les systèmes de gestion des ressources agricoles que sur des modes d’organisation politique, non sans générer des tensions internes aux mouvements militants (Verdier, 2022). Ces conflits s’inscrivent dans des dynamiques plus vastes, sortant largement des exemples hexagonaux cités ici.

Ainsi, à partir d’une notion plurielle, le conflit, ce séminaire vise à questionner et éclairer des enjeux contemporains liés aux ressources, à l’occupation des territoires, sols, terres, espaces urbains et, plus généralement, aux situations sociales qui provoquent des luttes pour leur contrôle. Les notions d’appartenance, d’appropriation et d’usage légitime seront questionnées. En adoptant une approche réflexive, ces journées d’études doivent également donner à voir la fabrique de la recherche et le processus de production de données. Comment les sciences sociales permettent de rendre compte empiriquement de ces processus ? Dans quelle mesure les chercheur.e.s peuvent-ils s’engager ou se désengager de ces questions ? Sur ce point, ces journées doivent permettre de discuter et de se confronter collectivement et concrètement aux politiques de l’enquête (Bensa, Fassin, 2008).

Pour appréhender ces questions, le séminaire s’articule autour de deux axes qui interrogent des temporalités différentes du conflit lié au sol. D’une part, il s’agit de saisir ces situations à partir de leurs dynamiques d’organisation et d’alliance, ainsi que dans leurs logiques d’action et d’expression. Comment des individus ou des groupes se trouvent exclus de certains espaces ou au contraire exercent un pouvoir sur un autre dans l’usage des territoires ? Quelles formes prennent les luttes et les résistances et qui s’y opposent ? Quels processus de négociation et de médiation engendrent-elles ? Quels rôles occupent les individus, les groupes sociaux, et les États dans ces situations conflictuelles ?

D’autre part, l’analyse peut se porter sur l’après conflit, les processus de sortie ou au contraire la persistance des oppositions dans le temps long. Cet axe doit ainsi permettre d’interroger la manière dont ces situations conflictuelles transforment les rapports de pouvoir et les systèmes d’appartenance au cœur de l’usage des territoires. Dans quelle mesure ces séquences politiques construisent de nouveaux systèmes d’usage et de partage des lieux ? Comment transforment-elles les modalités de leur préservation ou de leur exploitation ? De quelles manières les rôles et les catégories dans lesquelles se placent les acteurs (résistants, combattants etc.) se reconfigurent au fil du temps ? Sortir d’un récit situé à l’instant du conflit sur un espace donné permet de questionner la diversité, la complexité et parfois l’ambiguïté des positions.

Bibliographie 

Acosta, Alberto, ed. ‘Extractivism and Neoextractism: Two Sides of the Same Curse’. In Beyond Development:  Alternative Visions from Latin America, 1. transl. ed., 61–86. Amsterdam Quito : Transnational Inst, 2013.

Bailey, Frederick George. Les règles du jeu politique : étude anthropologique. Presses universitaires de France,  1971. 

Barth, Fredrik. Political Leadership among Swat Pathans. London & New York : Athlone Press, 1959.

Bulle, Sylvaine and Tarragoni, Federico. Sociologie du conflit. Paris : Armand Colin, 2022. Busino, Giovanni, La sociologie sens dessus dessous, Librairie Droz, 1992. 

Chagnon, Christopher W., Francesco Durante, Barry K. Gills, Sophia E. Hagolani-Albov, Saana Hokkanen, Sohvi M.  J. Kangasluoma, Heidi Konttinen, et al. (2022) « From extractivism to global extractivism: the evolution of  an organizing concept », The Journal of Peasant Studies, 49:4, 760-792 

Ciavolella, Riccardo and Wittersheim Eric. Introduction à l’anthropologie du politique. Paris: De Boeck Supérieur,  2016. 

Fassin, Didier. ‘Beyond Good and Evil?: Questioning the Anthropological Discomfort with Morals’.  Anthropological Theory 8, no. 4 (1 December 2008) : 333–44. 

Fassin, Didier, and Alban Bensa, eds. Les Politiques de l’enquête : Épreuves Ethnographiques. Recherches. Paris:  La Découverte, 2008. 

Fortes, Meyer, and Edward E. Evans-Pritchard, eds. African Political Systems. Oxford University Press, 1964.

Gluckman, Max. Custom and Conflict in Africa. Blackwell, 1956. 

Gluckman, Max. Order and Rebellion in Tribal Africa. 1st edition. London : Routledge, 1963.

Godelier, Maurice. L’idéel et le matériel : pensée, économies, sociétés. Paris : Fayard, 1984.

Li, Tania Murray. ‘Qu’est-ce que la terre ? Assemblage d’une ressource et investissement mondial’. Translated by Romain J. Garcier and Fabienne Dabrigeon-Garcier. Tracés, no. 33 (26 September 2017) : 19–48.

Mauss, Marcel. Sociologie et Anthropologie. Paris : Presses Universitaires de France (12 juillet 1985).

Verdier, Margot. ‘Une nature ingouvernable. La polémique sur les ressources inappropriables dans la ZAD de  Notre-Dame-des-Landes’. Revue Française de Socio-Économie, 29, no. 2 (2022) : 71–89. 



Citer ce billet
Admin (2023, 19 décembre). Conflits au ras du sol : approches croisées des mobilisations pour la terre, 26 janv. et 29 mars 2024. Séminaire interlaboratoire d'anthropologie d'Aix-Marseille. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vemo

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search