« (Im)matérialités » — Jour 2 — 31 mars 2023 — compte-rendu

Cette année, nous avons souhaité développer le thème : « “(Im)matérialités” : objets, concepts et terrains en sciences sociales ».

Lors de la première journée du 27 janvier, nous avons abordé celui-ci suivant l’angle de la « dématérialisation ». Cette fois-ci, pour la seconde journée, nous l’avons examiné sous l’angle complémentaire de la « re-matérialisation », c’est-à-dire des processus qui tendent à rendre perceptible « l’immatériel ». Cela, de nouveau, en deux cycles

Cycle 1 : Regards croisés sur les processus de collecte et patrimonialisation

L’immatérialité comme enjeu. Le rôle et les engagements des anthropologues face aux acteurs du patrimoine vivant

Alice Fromonteil (Credo – AMU)

Biographie

Après avoir soutenu une thèse en anthropologie linguistique sur l’art de raconter (des histoires) à ‘Uvea (Wallis, Polynésie occidental) au CREDO à AMU, Alice Fromonteil est responsable du Centre français du patrimoine culturel immatériel (CFPCI) à la Maison des culture du Monde.

Résumé de l’intervention

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI), adoptée par l’Unesco en 2003, a suscité une révolution paradigmatique déroutante dans le champ du patrimoine, historiquement attaché à la reconnaissance par des experts professionnels de bien matériel associé à un territoire, mais aussi dans l’institutionnalisation et les fondements de l’anthropologie. L’introduction de cette catégorie invite à considérer la transmission des formes du patrimoine vivant en mouvement perpétuel tout en plaçant au cœur du dispositif le vécu, l’expérience et la participation des « communautés » ou « groupes », détenteurs de patrimoine.

En considérant le cadre national de la mise en œuvre de la sauvegarde du PCI en France, et à partir de quelques exemples de ce processus, cette intervention propose d’explorer les enjeux liés à l’immatérialité soulevés par cette catégorie patrimoniale en relation constante avec l’anthropologie. Qu’ils s’agissent de points de convergence ou d’achoppement, les dimensions anthropologiques du PCI sont plurielles. Médiateurs, accompagnateurs, militants, observateurs… l’éventail des postures et des rôles joués par les anthropologues vis-à-vis de la fabrique du PCI, avec le basculement du patrimoine ethnologique vers le patrimoine immatériel, n’a pas cessé d’interpeller la discipline. Depuis maintenant vingt ans, les débats et les réflexions qui ont émergé en regard de la mise en œuvre de la Convention Unesco ont contribué à questionner et à métamorphoser l’acception et les usages relatifs à l’immatérialité, particulièrement par un déplacement vers le concept de « patrimoine vivant ».

Internet et les religieuses

Isabelle Becuywe (Iris – EHESS)

Intervention annulée par solidarité avec les travailleuses et travailleurs en grève

Les paradoxes de la patrimonialisation appliquée aux « Pygmées » : un PCI coupé de ses fondements matériels

Christophe Baticle & Laurence Boutinot (LPED – AMU & Cirad – Montpellier)

Intervention annulée par solidarité avec les travailleuses et travailleurs en grève.

Christophe Baticle nous a transmis le texte suivant qui fut lu en lieu et place de cette intervention :

Je voudrais tout d'abord remercier l'organisation du SILAAM. Je mesure le travail réalisé pour ces rencontres et c'est avec beaucoup de regrets que je n'y participe pas. Merci de tout cœur pour les tâches réalisées et je suis conscient qu'elles furent nombreuses. C'était pour moi une belle occasion de rencontrer des collègues d'AMU, ainsi que des étudiant·e·s. Aussi, c'est là un motif supplémentaire de regret.

Je ne vais pas ici vous asséner un long discours politique, mais sans non plus taire le fait qu'il s'agit bien d'une prise de position politique, au sens, je l'espère, positif du terme, de responsabilité face à la situation actuelle dans notre pays.

Les motifs qui m'ont amené à cette décision sont nombreux et je me limiterai aux deux principaux.

Tout d'abord la solidarité avec celles et ceux qui ne connaîtront jamais une retraite heureuse, longue et en bonne santé. J'ai toutes les raisons de penser que cette loi en grossirait encore le nombre si elle devenait effective.

Ensuite, la grève est l'une des principales manières de peser dans le rapport de force. Elle permet encore le temps de la réflexion, de l'échange et de la mobilisation. Je tente, autant qu'il m'est possible, d'exercer la distanciation critique. Aussi, n'étant ni un spécialiste des retraites, ni engagé dans un programme de recherche lié, de près ou de loin, à cet objet, je parle ici en tant que simple citoyen, ce qui m'autorise à m'engager dans le débat sans les précautions exigibles à l'égard des chercheur·e·s.
Si on tend aujourd'hui à jeter aux orties la notion de "progrès", c'est bien entendu parce que cette notion n'a pas tenu ses promesses, ou du moins très imparfaitement. Mais c'est encore parce que ce "progrès" fut essentiellement technique et technologique. On rejoint ici la thématique proposée par le Silaam. Je pense notamment à nos "boîtes à paroles" qui sont devenues des boîtes à tout faire, et plus encore des moyens de paiement, de mise en scène de nous-même dans la société des individualités narcissiques. Tout nous pousse à cette mise en scène et les outils matériels qui nous permettent de le faire deviennent autant des contraintes que des outils d'émancipation.
Autrement dit, si la matérialité de nos vies est essentielle, c'est dans la perspective, à mon sens, d'un progrès social. C'est là que le bât blesse. A quoi bon toutes les prothèses du monde si on peut les éviter en allégeant les charges de travail ?

La grève est une réponse également imparfaite à ce matérialisme exacerbé, mais elle offre l'avantage de s'arrêter pour poser la question du sens du travail.
Sans tomber dans une mystique du colibri face aux méga incendies, il faut bien se poser, à son échelle, la question du "Que puis-je faire à mon niveau ?"
J'ai trouvé cette réponse. Est-elle la bonne ? Tout dépendra de la manière dont vous la recevrez.
Je forme le vœu que vous l'entendrez comme un petit geste, certes, mais qui se doit d'exister.

Au plaisir d'une autre rencontre, avant 62 ans révolus.

Après une courte pause, nous avons poursuivi avec le second cycle, qui devait initialement se tenir l’après-midi.

Cycle 2 : Matérialiser l’immatériel dans la recherche : médiation et diffusion

Introduction au cycle 2

Dans le tout dernier temps de ce séminaire pour cette année, il s’agissait de questionner la matérialité et l’immatérialité dans les recherches, les initiatives de partage, de diffusion et de vulgarisation de l’anthropologie.
Si les objets de recherche des sciences sociales sont à la fois matériels, et immatériels, les concepts, les notions, les théories, les réflexions qui sont le quotidien de ces disciplines, elles, sont parfois bien difficiles à saisir. L’écrit reste le médium principal par lequel ces idées sont échangées, transmises, conservées et valorisées. Mais Flo a attiré notre attention sur cela dans son introduction à cette matinée : de plus en plus de chercheuses et chercheurs tentent de trouver des moyens de matérialiser ces concepts et notions abstraites, autant pendant leurs travaux, qu’à leur suite, pour pouvoir restituer leurs réflexions, ou vulgariser leurs résultats.
Ainsi, on est amenés à se demander : quelles formes de « médiations (im)matérielles » voit-on émerger dans ce cadre ? Comment donner accès à des dimensions « intangibles » ou « immatérielles » de la recherche ? Quels outils et quelles démarches peuvent permettre de « rendre matérielle la part d’immatériel » de la recherche ethnographique ?

Dessiner sur le terrain : susciter l’interaction et rendre visible l’organisation matérielle et symbolique de l’espace

Jean Autard (CNE – EHESS)

(Remarque : cette intervention remplaçait celle prévue de James Leach, qui ne pouvait être présent en raison d’un décès dans sa famille.)

Biographie

Jean Autard est ancien élève de l’École Normale Supérieure de Paris, titulaire d’un master en philosophie de l’Université de Nanterre, et d’un autre master en recherche comparative en anthropologie, sociologie, histoire de l’EHESS de Marseille. Il a également suivi le master 1 de biodiversité, écologie, évolution à Aix-Marseille Université. Il est actuellement doctorant en anthropologie à l’EHESS de Marseille, sous la direction de Valeria Siniscalchi du Centre Norbert Elias (pour l’heure…). Il travaille à une anthropologie des pratiques agricoles alternatives dans les zones de moyenne montagne du Sud-Est de la France.

Résumé de l’intervention

Jean Autard nous a présenté plusieurs extraits de ses carnets de terrain produits lors de ses enquêtes dans les Alpes, ainsi que des aquarelles et des dessins de scènes de ses lieux d’enquête réalisés à posteriori. Il a discuté des apports possibles, des difficultés, et des opportunités que créent ces médiums lors de l’enquête ethnographique.

Filmer un atelier d’initiation à la recherche collective comme dispositif d’enquête

Amandine Suñer (Idemec – IRTS PACA)

Biographie

Amandine Suñer a suivi un triple cursus universitaire en photographie, sciences de l’éducation et en anthropologie visuelle. Attachée de recherche à l’Institut Régional de Travail Social PACA et Corse, un institut qui forme notamment des travailleurs et travailleuses social·e·s, elle est également doctorante en 1e année en anthropologie visuelle à Aix-Marseille Université, sous la direction de Laurence Hérault de l’Idemec. Ses recherches en cours portent sur les trajectoires familiales des personnes trans’, et elle analyse les démarches de transitions et de parentés de ces personnes dans la France contemporaine.

Résumé de l’intervention

Amandine Suñer a présenté le 31 mars un premier montage de son enquête filmique (en cours) et ses enjeux, à travers le prisme d’un atelier d’initiation à la recherche collective pour des travailleurs sociaux en formation, sur l’accueil et l’accompagnement de personnes trans et de leur famille. Les deux interventions filmées ont la spécificité d’être animées, par le premier père trans reconnu en France, Ali Aguado, également directeur d’établissements sociaux et médico-sociaux, et par la première mère trans reconnue en France, référente LGBTQIA+, autisme, handicap, etc. à l’université.
Pour l’anthropologue, la photographie d’abord, la caméra ensuite, sont ses objets de médiation pour entrer en relation (éducative et ethnographique). Ces « médias pré(-)textes », tisseurs de liens, offrent la possibilité de rencontrer l’Autre, mais également de garder une trace visuelle matérielle de ces rencontres. Le montage de ces matériaux restituera, dans sa recherche en cours, « les trois phases de l’observation – l’observation participative, l’observation filmée et l’observation différée – [qui] vont s’enchevêtrer pour permettre [l’émergence d’] une représentation audiovisuelle coconstruite » (CESARO Pascal, 2012, « Éléments de méthode pour la réalisation d’un film de recherche », Journal des anthropologues, 130-131, p. 261-280) avec les enquêté·e·s.
La recherche ethnographique filmique engage ici, entre autres, des corps et des voix, et questionne le choix du contrat des personnes concernées, d’autant plus lorsque ce sont des corps politiques.



Citer ce billet
markcollins (2023, 10 avril). « (Im)matérialités » — Jour 2 — 31 mars 2023 — compte-rendu. Séminaire interlaboratoire d'anthropologie d'Aix-Marseille. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u6g9

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search