« (Im)matérialités » — Jour 1 : Dématérialisation — compte-rendu

La première journée de l’édition 2023 du Silaam a eu lieu dans la salle Meltem au MucemLab, le 27 janvier 2023. La journée s’est très bien déroulée, le public était nombreux (plus de 45 personnes dans la salle, et environ 10 qui nous ont rejoint en ligne), et les interventions ont suscité beaucoup d’intérêt.

Vous trouverez ci-dessous le texte de présentation lu lors de l’ouverture de la journée, ainsi que les biographies et le résumé des interventions de nos cinq intervenantes.

Présentation du thème 2023

Cette année, notre choix s’est porté sur l’emboîtement de deux idées, celles de matérialité et d’immatérialité, réunies dans le mot-valise : IM-MATÉRIALITÉS (voir aussi l’argumentaire, disponible sur cette page). Il s’agit ainsi d’envisager ces notions, non pas comme des concepts fermés, qui seraient verrouillés dans une opposition dualiste, mais plutôt de réfléchir à leurs interrelations, à leurs circulations, ainsi qu’à l’intérêt heuristique qu’il peut y avoir à les mobiliser au sein de nos recherches. Il ne s’agira pas d’établir des définitions fixes et circonscrites de ces concepts, mais davantage de réfléchir aux liens entre matériel et immatériel, à leurs influences et inter-relations dans nos travaux et dans le monde qui nous entoure.

Nous avons envisagé cette exploration en deux temps. Le premier temps est celui de la dématérialisation dont on questionnera aujourd’hui les enjeux intellectuels et méthodologiques pour les chercheurs en sciences humaines et sociales. Le second temps sera celui de la re-matérialisation que nous aborderons à l’occasion d’une deuxième journée d’étude qui se tiendra à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence le 31 mars 2023.

Ces deux journées nous permettront d’échafauder collectivement des éléments de réponse aux questions foisonnantes que la thématique suggère. À travers divers cas d’étude spécifique convoquant des aires culturelles et des perspectives disciplinaires variées, nous souhaitons nous demander dans quelle mesure les concepts de matériel et d’immatériel sont présents dans nos travaux de recherche en sciences humaines et sociales ? Peut-on considérer le dualisme entre ces deux notions comme un universel ? Fait-elle sens, par exemple, pour les personnes auprès desquelles nous enquêtons, ou bien au contraire ces personnes ont-elles conçu d’autres lignes de partage ? Quelle matérialité et quelle immatérialité caractérisent l’ethnographie – entendue comme la phase de production de données du travail anthropologique – puis la réflexion anthropologique ? Mais encore : quelle place fait-on à la matérialité et à l’immatérialité au moment d’envisager la communication, et éventuellement la diffusion ou la restitution du travail anthropologique ?

Introduction de l’axe 1 : dématérialisation

A présent, permettez-nous d’introduire cette première journée, en disant quelques mots de cette action de « dématérialiser ».

La « dématérialisation » est devenue depuis quelques décennies une antienne dans les administrations publiques, qui entendent « rationaliser les coûts » par l’usage de procédés techniques toujours plus innovants, toujours plus présents. On pense, notamment, au foisonnement d’interfaces publiques de saisie et de gestion d’informations par les usagers eux-mêmes : ce sont les fameux « espaces personnels » auxquels nous n’avons plus le choix que de nous confronter, sur des sites internet du type de ameli.fr, caf.fr, impots.gouv.fr, ants.gouv.fr, etc.

Mais que se passe-t-il, dans les faits, lorsque la Caisse primaire d’assurance maladie « dématérialise » ainsi un service ? Prenons, par exemple, celui de la transmission d’une feuille de soins complétée par un médecin. Je rentre chez moi depuis le cabinet, j’utilise mon scanner, que je relie à mon ordinateur, pour numériser ce document. Puis je me connecte à ameli.fr, un site internet complexe, dont le fonctionnement est permis par un ensemble de serveurs, des ordinateurs puissants et versatiles, qui se trouvent dans des centres de données, dont un au moins est situé, en l’occurrence, à Saint-Cloud, pour ameli.fr. Mon ordinateur est relié à ces serveurs via le réseau internet, constitué d’un maillage d’une complexité incomparable de modems, de fibres optiques, de fils de cuivres, de répartiteurs, de serveurs d’échange, de switchs, de routeurs, et j’en passe.

La presse évoque parfois cette matérialité du numérique, lorsqu’il s’agit d’en questionner l’empreinte écologique. Les journalistes n’ont pas tort, celle-ci n’est pas négligeable : une part estimée entre 10 et 20 % de l’énergie totale dépensée par l’humanité est aujourd’hui consacrée à alimenter nos outils numériques, et cette part croît rapidement. Par ailleurs, les matériaux employés dans nos appareils électroniques posent de nombreux problèmes, du moment de leur approvisionnement dans des contextes où les droits humains sont parfois bafoués, comme c’est le cas dans les mines de cobalt en République Démocratique du Congo, jusqu’à leur obsolescence, qui génère des pollutions considérables et parfois irréversibles.

Pour les sciences sociales, ce que vient questionner cette « dématérialisation », ce n’est donc pas tant le rapport des sociétés humaines à une « non-matière » éthérée, à une information – celle contenue dans la feuille de soin – qui existerait dans l’abstraction la plus totale, mais bien à des matières qui ne disent pas leur nom. Car lorsqu’on parle de « dématérialisation », il s’agit d’une manière de penser et d’évoquer un aspect de la matérialité, et d’en occulter d’autres. Il s’agit donc bien là de formes de rapports à la matérialité et à l’immatérialité. Il n’y a rien, on le voit bien, de proprement immatériel, dans la version numérisée de ma feuille de soins, mais c’est la représentation que s’en font bien des gens qui interagissent avec cet outil. Le numérique, il faut bien le reconnaître, crée en nous un sentiment d’« immatérialité ».

Or, si les outils numériques permettent aujourd’hui cette circulation d’informations bien spécifique, et crée en nous ce sentiment de « dématérialisation », les sociétés humaines n’ont pas eu besoin de ces développements techniques pour accorder une importance centrale à toutes sortes « d’immatérialités » : esprits, dieux, mana, hau, âmes, et j’en passe. La littérature ethnographique regorge de discours sur l’immatériel. Et l’interface entre la matière, et ces immatérialités, est souvent au cœur des questionnements philosophiques, ontologiques, théologiques ou cosmologiques des personnes rencontrées par les ethnographes.

On passe ainsi, en quelques générations, de questions du type : que reste-t-il d’une personne lorsque, après la mort, son corps se décompose, se « dématérialise » ? à d’autres, pourtant fondées sur les mêmes tiraillements causés par la « dématérialisation » : quelles modalités prennent les relations humaines lorsqu’elles s’appuient sur les outils numériques perçus comme opérant une dématérialisation du monde ? Si l’on retourne la réflexion vers la production de savoir anthropologique elle-même, on sera forcés de se demander : qu’en devient l’ethnographie ? Comment la notion de « terrain » évolue-t-elle avec cette « virtualisation » de la vie sociale ? Peut-on « dématérialiser » l’ethnographie ?

C’est au fil de deux cycles que nous proposons d’explorer quelques-unes de ces questions. Le premier, que nous allons aborder ce matin, s’intitule « (Im)matérialités environnementales : étudier le rapport de l’humain avec son milieu ». Le second, que nous aborderons cet après-midi, s’intitule « Mondes numériques, humanités numériques : la dématérialisation en question ».

Résumé de la journée

Cycle 1 : (Im)matérialités environnementales, étudier le rapport de l’humain avec son milieu

Intervention 1 : Juliette Salme – «Au-delà du substrat, manifestement vivants : fabriquer, avec les champignons, des (myco)matériaux au sein d’un laboratoire de biologie do-it-yourself»

Juliette Salme est anthropologue et doctorante en Sciences Politiques et Sociales à l’Université de Liège, en Belgique. La thèse qu’elle est en train de terminer au LASC (Laboratoire d’Anthropologie Sociale et Culturelle), financée par une bourse FRESH du FRS-FNRS, porte sur les pratiques et savoirs associés à l’élaboration de biomatériaux  – plus précisément, de mycomatériaux – dans des espaces de science amateur, à Bruxelles et dans quelques autres villes européennes. Sa recherche se situe au croisement d’une anthropologie des techniques et des matériaux et d’une anthropologie des relations au vivant, entre humains et non-humains. Ses intérêts incluent les questions de sensorialité et d’affects, et une réflexion sur les méthodes « créatives »,  textuelles et non-textuelles, en ethnographie.

Résumé de l’intervention : cette présentation a pour objet une recherche doctorale en cours, centrée sur des pratiques d’élaboration de toute une série de matériaux fabriqués à partir de mycélium, soit la partie végétative des champignons, allant des textiles et briques aux alternatives au plastique. En s’intéressant à la fabrication de ces « mycomatériaux », dont j’avance qu’ils ont pour caractéristique d’être vivants – aux sens multiples du terme, englobant mais ne se réduisant pas à sa seule acception biologique –, cette proposition s’inscrit dans les développements récents visant à rematérialiser les sciences sociales, et fait suite en particulier à la proposition d’Ingold (2007) de privilégier une attention aux « matériaux » plutôt que de mobiliser le concept de « matérialité », qu’il estime trop abstrait et moins à même de rendre compte du caractère processuel des objets en devenir. Une caractéristique commune de ces approches est de ne plus considérer la matière comme inerte et, loin de relever de la pure posture théorique, cette conception renouvelée de la matière s’observe dans de nombreuses ethnographies attentives aux rapports sensibles qu’entretiennent humains et non-humains, animés comme inanimés, lorsqu’ils sont mis en relation. C’est ce qui ressort également de l’ethnographie sur laquelle s’appuie cette communication, réalisée au sein de laboratoires de (micro)biologie do-it- yourself, également dite « de garage », où se croisent et collaborent notamment des designers, des architectes et des microbiologistes. Dans ces espaces dédiés à la science amateur et caractérisés par les « contournements créatifs » (Meyer, 2012), les discours et pratiques quotidiennes donnent effectivement à voir des manières de faire et de faire avec les (bio, myco)matériaux et les champignons qui reconnaissent à ces derniers une certaine agentivité. J’interrogerai enfin comment la reconnaissance de celle-ci, entendue au sens de « puissance d’agir » et ne nécessitant pas forcément de poser la question de l’intentionnalité (Latour, 2015), participe des relations, des ontologies et du contexte social et culturel nécessaires pour faire exister un projet comme celui de ce laboratoire de fabrication de mycomatériaux.


Ingold, T. (2007). Materials against Materiality, Archaeological Dialogues, 14 (1), 1-16.
Latour, B. (2015), Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, La Découverte.
Meyer, M. (2012). Bricoler, domestiquer et contourner la science : l’essor de la biologie de garage, Réseaux, 173-174, 303-328.

Intervention 2 : Mikaëla Le Meur – «Cours d’eau plastiques : dé/re-naturations, disparitions, divinations (Viêt Nam-France)»

Mikaëla Le Meur est anthropologue, basée à Marseille, spécialiste de la ville, de la matérialité et des techniques du politique, je suis titulaire d’un doctorat de l’Université libre de Bruxelles. Depuis le Vietnam et la France, j’ai enquêté sur les vies sociales et environnementales des déchets, ainsi que sur l’économie globalisée du recyclage des matières plastiques. Autrice du livre Le mythe du recyclage (Premier Parallèle 2021), je me suis également intéressée aux mobilisations qui ont suivi les effondrements meurtriers des immeubles de la rue d’Aubagne, dans le centre-ville de Marseille, le 5 novembre 2018. Dans une perspective d’écologie politique attentives aux inégalités environnementales, mes recherches actuelles questionnent les chemins de l’eau dans les villes côtières, entre périls climatiques et ruissellements toxiques. Je suis par ailleurs impliquée dans la production et la réflexion sur les écritures alternatives des sciences sociales (documentaires audiovisuels et sonores, expositions, dessin etc.).

Résumé de l’intervention : mon intervention propose d’analyser conjointement le devenir plastique de deux cours d’eau, « sacrifiés » sur l’autel de l’urbanisation et de l’industrialisation (Lestel & Carré 2017), et le devenir hydrique des matières plastiques, à partir d’enquêtes de terrain ethnographiques menées en France et au Viêt Nam, en questionnant les manières de vivre dans des milieux altérés et d’y construire des alternatives (Murphy 2017). Le premier cours d’eau sur lequel j’appuierai mon propos est un méandre du Delta du Fleuve Rouge qui traverse un village de recycleurs du plastique de la banlieue de Hanoi – la capitale du Viêt Nam – et accueille les eaux usées venues des ateliers de recyclage ainsi que d’autres rejets urbains et industriels. Le second cours d’eau, les Aygalades, est un ruisseau marseillais pollué, qui a été oublié puis redécouvert sous des couches d’urbanisation, dans une vallée de déchets des quartiers populaires du Nord de la ville. Si le cours d’eau vietnamien subit une dégradation accélérée par la mondalisation capitaliste et le commerce international des matières plastiques « secondaires » (des déchets), le cours d’eau marseillais intoxiqué fait l’objet d’une redécouverte doublée d’une démarche de « renaturation » initiée par des collectifs d’artistes et de riverains, avec le soutien des pouvoirs publics. En premier lieux, la comparaison de ces deux cours d’eau me permettra d’appréhender les « rêves de dématérialisation » (Bensaude Vincent 2013) associés à l’irruption des plastiques de synthèse dans les filières de production et de consommation, ainsi que la dimension mythologique du recyclage des déchets (Le Meur 2021). Malgré des contextes qui diffèrent notamment sur le plan politique et culturel, je m’intéresserai ensuite à la dimension symbolique de l’attachement à ces deux milieux altérés, entre le matériel et l’immatériel. Depuis Marseille et les environs de Hanoi, je tenterai des parallèles entre des disparitions et des apparitions cartographiques, et entre des pratiques de culte des ancêtres du plastique et des expériences de cartomancie écologique, à la jonction entre le passé, le présent et le futur des relations entre les humains et les territoires.

Bensaude-Vincent B. 2013. “Plastics, materials and dreams of dematerialization”, in G. Jennifer, G. Hawkins & M. Michael (eds.), Accumulation: The Material Politics of Plastic, London/New York: Routledge, pp.17-29
Le Meur M. 2021. Le mythe du recyclage, Paris : Premier Parallèle
Lestel L. & Carré C. (dir.) 2017. Les rivières urbaines et leur pollution, Versailles : Éditions Quæ
Murphy M. 2017. « Alterlife and decolonial chemical relations », Cultural Anthropology, pp. 494-503

Pause déjeuner

Cycle 2 : Mondes numériques, humanités numériques : la dématérialisation en question

Intervention 1 : Aziliz KONDRACKI – «LET’S MEET ONLINE FOR A CHAT : Méthodes et usages du virtuel pour l’ethnographie de la circulation transnationale d’un format télévisuel»

Aziliz Kondracki est en quatrième année de doctorat d’Anthropologie au Centre Norbert Elias de Marseille sous la direction de Boris Pétric (sous la tutelle de l’EHESS et du CNRS). Ses travaux de thèse portent sur l’ethnographie de la circulation transnationale du format télévisuel “Mariés au premier regard” et sur son adaptation locale en Pologne. Elle s’intéresse à la télé-réalité, aux phénomènes de mondialisation culturelle, et à la circulation des représentations sur l’amour, le mariage, la conjugalité et la sexualité. À paraître en Février 2023 dans la revue Réseaux, un article intitulé “Télé-réalité et hétérosexualité : Analyse de la production de l’émission Mariés au premier regard” en Pologne. Elle écrit par ailleurs un film en co-production avec Baldanders films et La fabrique des écritures ethnographiques dans lequel elle interroge la part de subjectivité sur laquelle l’expérience de terrain se construit.

Résumé de l’intervention : le public ignore souvent que la grande majorité des émissions télévisuelles qu’il regarde sont des adaptations locales de formats télévisuels issus d’un autre pays. Dans ce décor, le format télévisuel d’origine danoise Married at First Sight (Mariés au premier regard en français) – dans lequel des inconnu.es se marient – constitue une référence pour le marché transnational des contenus puisqu’il a donné lieu depuis 2013 à la production de 29 adaptations locales. De la distribution à la diffusion, un ensemble d’acteurs dispersés sur plusieurs territoires sont donc impliqués dans la production d’une adaptation locale. Ceux-ci – qu’ils soient distributeurs, producteurs, diffuseurs, personnel divers, etc. – s’approprient ce modèle de production télévisuelle en lui affectant des sens parfois tout à fait différents selon des répertoires différenciés. La recherche de thèse en cours sur laquelle reposera cette communication a ainsi pour ambition générale d’analyser les médiations à l’œuvre pour cet échange économique transnational, en se concentrant sur l’adaptation polonaise du format Mariés au premier regard.
Avant toute chose, précisons que cette recherche se tourne en partie vers l’analyse des dynamiques relationnelles qui se forment dans les réseaux interpersonnels (Bidart, Degenne, Grossetti, 2011, Granovetter, 2000) afin de saisir comment les chaines relationnelles se forment, s’activent et s’alimentent pour l’allocation des ressources (Grossetti, 2011). Ce sont ces chaînes, lorsqu’elles sont analysées, qui permettent de reconstituer le récit biographique de cette marchandise et d’appréhender les médiations à l’œuvre pour sa circulation. Nous présenterons ici les implications méthodologiques que cette enquête suppose, en consacrant notre propos sur l’usage du virtuel pour la construction du terrain d’enquête. Nous organiserons ainsi la communication autour de plusieurs questions.
Comment, en termes de méthode, retracer la chaîne de circulation de cette marchandise immatérielle ? Quel usage du virtuel pour ce faire ? Plus précisément, comment donner forme au réseau qui sous-tend cet échange économique mondialisé ? Nous réfléchirons ainsi à l’usage des outils numériques (tels que les courriers électroniques et les réseaux sociaux tels que Linkedin ou Instagram) en tant qu’outils permettant de donner forme à un terrain multi-sites qui suppose la pluralisation des lieux d’enquête, des variations dans les échelles d’observation ou dans les focales choisies (Marcus, 1995 ; Revel, 1996 ; Becker, 2016). Nous verrons que si cette recherche repose certes sur un travail de terrain in situ, nous réfléchirons à la façon dont elle nous invite à composer avec un terrain d’enquête en partie dématérialisé. Enfin, nous réfléchirons plus largement à la médiation des relations sociales et ethnographiques par ces outils numériques et penserons la nécessité pour le.la chercheur.se d’avoir une existence sociale virtuelle pour accéder au terrain. Nous verrons finalement qu’il est nécessaire pour ce type d’enquête de dépasser le dualisme virtuel/réel, ces deux dimensions se trouvant finalement enlacées, dépendantes alors l’une de l’autre.

Intervention 2 : Maylis Bellocq – «Les pratiques funéraires en ligne : le cas du cimetière virtuel de Shanghai et du site de commémoration en ligne Zupulu, quelques questions méthodologiques»

Maylis Bellocq est docteure en anthropologie sociale et ethnologie (EHESS), maître de conférences dans le département d’études chinoises de l’Université Bordeaux Montaigne, membre permanent de l’équipe de recherche D2iA (Dynamiques, Interactions, Interculturalité Asiatiques, UMRU 24140).
Domaine de recherche : mémoire, préservation du patrimoine et tourisme en Chine ; pratiques et espaces funéraires à Shanghai et sur le Web ; nouveau terrain en cours commencé au printemps 2022 pour cause de fermetures des frontières chinoises : la diaspora chinoise dans le sud de l’Italie.

Résumé de l’intervention : dans ma communication, je présenterai un travail en cours, débuté en 2022, portant principalement sur un cimetière en ligne proposé par la municipalité de Shanghai. Ce cimetière, né d’une initiative institutionnelle, présente la particularité d’être destiné aux défunts dont les cendres ont été dispersées en mer, et donc de n’avoir aucune empreinte matérielle. Depuis les années 1990, la municipalité de Shanghai tente de faire la promotion de ce mode de sépultures afin d’alléger la pression qui pèse sur le foncier et d’aller plus loin dans le contrôle des pratiques funéraires voire l’élimination de pratiques populaires qualifiées de « superstitions » par les autorités. L’intérêt principal de ce cimetière comme objet d’étude réside dans les petits textes de présentation des défunts qui peuvent donner une idée du profil des personnes ayant eu recours à la dispersion des cendres en mer, et dans les messages accompagnant les offrandes virtuelles. Ces derniers sont un moyen d’accéder à ce que l’on dit, demande à ses morts en Chine. Ils sont d’autant plus intéressants que chaque message est précédé du lien de parenté existant entre le mort et la personne effectuant l’offrande, ainsi que de la date et de l’heure auxquelles cette dernière a été effectuée. Malgré ces contenus propices à l’analyse, l’étude de ce cimetière se heurte à de nombreuses questions sans réponse en raison des spécificités qu’il présente : un objet virtuel qui, en plus, ne possède aucun ancrage matériel. Ma présentation s’intéressera donc en particulier aux obstacles méthodologiques posés par cet e-terrain mais aussi aux moyens possibles de les contourner. Le premier d’entre eux est l’étude complémentaire d’un site commémoratif, ouvert à tous ceux qui souhaitent honorer un proche décédé. Cette approche nous permettra en premier lieu de mieux saisir, et cela, de manière concrète, les pratiques funéraires en ligne telles que voulues par l’état, et donc conformes aux objectifs de la réforme mentionnée précédemment, et des pratiques funéraires virtuelles jouissant d’un plus grand espace de liberté et correspondant davantage aux pratiques populaires en la matière.

Intervention 3 : Muriel Champy – «De la scène virtuelle à la magie de la piste : enquête en coupé décalé»

Muriel Champy est maîtresse de conférences, directrice du département d’anthropologie d’Aix-Marseille université et membre de l’Institut des Mondes Africains (IMAf). Ses travaux portent sur les stratégies économiques et les imaginaires de la réussite mobilisés par la jeunesse exclue des circuits classiques de l’ascension sociale en Afrique de l’Ouest. Après des recherches de doctorat menées sur l’économie illicite et les perspectives d’insertion sociale des jeunes vivant dans la rue à Ouagadougou, ses réflexions portent aujourd’hui sur la Côte d’Ivoire, où elle s’intéresse d’une part aux revenus de la cybercriminalité et aux dépenses ostentatoires qui se déploient dans l’univers musical du coupé décalé, d’autre part à la description ethnographique de l’univers de l’orpaillage, une activité partiellement illégale mais, faute de perspectives d’emploi, considérée par les orpailleurs comme une alternative à la criminalité.

Résumé de l’intervention : dans l’univers musical du coupé décalé en Côte d’Ivoire, le boucan est « une affaire sérieuse, très sérieuse, vraiment sérieuse ; une affaire de cigares, champagne, caviar » (Douk Saga, Héros national bouche bée, 2005). Au croisement de la flamboyance esthétique et sociale, le boucan s’inscrit dans une « économie du prestige » essentiellement masculine visant à mettre en scène autant qu’à construire sa valeur par des pratiques de consommation et de redistribution ostentatoires en soirée. L’argent provient essentiellement du broutage, un terme générique en Côte d’Ivoire pour désigner les escroqueries sur Internet, notamment des arnaques aux sentiments. La tromperie apparente qui sous-tend les pratiques des brouteurs en ligne et qui se prolonge dans leurs performances du succès en soirée, renvoient en filigrane à l’illusion de la réalité, et donc à la possibilité de devenir un autre.
Cette communication reviendra sur mes travaux récents sur cet univers, par une enquête initiée à partir de la consultation de vidéos sur Internet et sur les réseaux sociaux, avant de se poursuivre dans les maquis et les faubourgs d’Abidjan.

Remerciements

L’équipe d’organisation tient à remercier ces cinq intervenantes d’avoir consacré leur temps et leur énergie à faire de cette journée un aussi grand succès. Nous remercions aussi toutes celles et tous ceux qui ont rendu possible cet événement. Tout d’abord, les six laboratoires de recherche qui participent conjointement au Silaam : l’Idemec, le Credo, le CNE, l’Irasia, l’Imaf et – pour la première année – le LPED. Les tutelles de nos laboratoires, ensuite, qui financent bien sûr et encadrent leurs activités : Aix-Marseille Université, le CNRS, l’EHESS, l’IRD et Avignon Université. Enfin, le séminaire est organisé avec le concours bienveillant et chaleureux de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, qui accueillera la seconde journée, et du Mucem. Un grand merci en particulier à l’équipe de la Direction de la Recherche et de l’Enseignement qui soutient ce séminaire depuis plusieurs années, Aude Fanlo, Anne Faure, et Soraya Zahaf.



Citer ce billet
markcollins (2023, 14 février). « (Im)matérialités » — Jour 1 : Dématérialisation — compte-rendu. Séminaire interlaboratoire d'anthropologie d'Aix-Marseille. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u6g6

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search