Au commencement était l’enfance

Programme

9h30 Accueil

9h45 Introduction générale

10h00 Daniel Stoecklin

Professeur associé en sociologie, avec spécialisation enfance et droits de l’enfant. Il est depuis 2015 rattaché à la Faculté des Sciences de la Société de l’Université de Genève (Département de sociologie, Institut de recherches sociologiques) et il travaille au Centre interfacultaire en droits de l’enfant (CIDE).

« Pour une mise en abîme des déterminations de l’enfance : les horizons transactionnels. »

A partir de la sociologie de l’enfance, qui porte sur la manière dont l’enfance est socialement construite dans le temps et l’espace (Alanen, 2011: 147), l’auteur plaide pour une mise en abîme des déterminants sociaux « classiques » (variables âge, genre, classe, ethnie, etc.). Il part du constat que toute institutionnalisation d’un statut juridique de l’enfant révèle la vision de l’enfance qui prédomine historiquement dans un contexte. La Convention relative aux droits de l’enfant (ONU 1989) proclame l’enfant sujet de droits. Or la capacité de jure d’exercer ses droits directement et/ou par l’intermédiaire de ses parents ou de ses représentants légaux n’équivaut pas à la capacité de facto d’être respecté. Des facteurs personnels (cognition, subjectivité) et sociaux (économiques, politiques) médiatisent la conversion des libertés formelles en libertés réelles (Sen, 1999). L’enfant « sujet de droit » reste « objet » de représentations et donc de pratiques qu’il n’a qu’une capacité limitée à orienter. Comme tout acteur social, l’enfant fait l’expérience du monde à travers des dimensions sensorielles qui se transforment en catégories de pensée et de langage. Pour être dicible, l’expérience sensorielle est traduite en horizons à travers lesquels l’acteur perçoit et reconstruit son environnement. C’est dans ce passage de la simultanéité sensorielle à la hiérarchisation discursive que s’ancre l’ordre des choses (Foucault 1970). L’auteur propose la notion d’horizons transactionnels pour rendre compte de cette traduction de l’expérience sensible en discours intelligible : ce sont les horizons culturels à travers lesquelles les acteurs sociaux rendent compte de leurs transactions naturelles. L’auteur fait l’hypothèse d’une correspondance entre les 5 sens naturels (toucher, odorat, ouïe, vue, goût) et cinq catégories intelligibles universellement observées (activités, relations, valeurs, images de soi, motivations). Les modes dominants de l’action – entrepreneurial, relationnel, moral, identitaire, motivationnel – correspondraient ainsi à des configurations d’horizons transactionnels qui caractérisent les contextes. Cette perspective contribue à la perspective de « l’humanisation de l’enfant » (thème du colloque), car elle montre que les situations concrètes sont toujours une limitation ou une libération d’une dynamique agentive. Cette vision dynamique des types-idéaux de l’action sociale – dont la singularisation était vue comme limitante par son concepteur lui-même (Weber, 1919) – permet de lire l’agentivité et la détermination relatives de l’enfant dans des contextes différents. Cela a pour conséquence que l’analyse de l’agentivité doit inclure une attention à la dynamique des horizons transactionnels qui peuvent expliquer les variations des facteurs individuels et sociaux mesurables. En effet, ces derniers sont eux-mêmes construits à travers ces modes d’action. L’auteur invite ainsi à une mise en abîme des facteurs « classiques » de l’analyse sociologique.

11h00 Steven Prigent

Enseignant à la faculté d’anthropologie de l’université de Bordeaux. Rattaché à Passages (CNRS UMR 5319) dans le cadre de ce contrat, il est associé à l’Institut de Recherches Asiatiques (CNRS UMR 7306) et au Centre Population et Développement (IRD UMR 196).

« Le problème de l’enfant-vagabond, économie morale paysanne de l’éducation (Cambodge) »

Les sciences sociales de l’enfance rappellent souvent que l’enfance reste une construction, que cet âge de la vie relève d’un arbitraire socio-historique souvent chargé d’un potentiel normatif qui s’exerce, notamment, à l’intention des enfants. Qu’en est-il dans le Cambodge rural contemporain ? À partir d’une série d’enquêtes menées dans un village de riziculteurs khmers depuis 2008, cette communication vise à traduire l’économie morale de l’éducation partagée par les paysans khmers et s’organise autour du problème du « vagabondage » des enfants. Les règles morales de la piété filiale, de l’accomplissement bouddhique de bienfaits et de la révérence entre les âges légitiment un dispositif d’orientation des conduites des garçons et des filles, tout en manifestant une certaine prudence vis-à-vis de la vie sociale des enfants lorsqu’ils sont « entre eux ». Ce problème interpelle d’autant plus qu’il se trouve aujourd’hui complexifié par la promotion internationale de valeurs éducatives démocratiques et d’empowerment.

12h00 Pause déjeuner

14h00 Yannick Jaffré

Directeur de Recherche emérite CNRS & Directeur scientifique du GID-Santé (Institut de France)

« Dire l’enfance, l’écouter se dire et décrire ses actes : une action anthropologique de santé publique ? (Afrique de l’Ouest) »

Si, en Afrique, le taux de mortalité néonatale a diminué ; paradoxalement, le nombre de décès néonatals a augmenté en raison de pratiques cliniques et techniques encore imprécises et d’un constant et rapide accroissement démographique. De même, l’amélioration du système de santé fait qu’un plus grand nombre d’enfants est hospitalisé, obligeant, de ce fait, à s’interroger sur la qualité des soins prodigués (prise en charge de la douleur, modalité des interactions soignants-soignés-aidants) et sur les façons dont les enfants intègrent, dans leurs quotidiennetés et leurs relations sociales, des maladies devenues chroniques.
A l’interface des dimensions médicales et sociales, nous montrerons comment la prise en compte des statuts du nouveau-né et le dégagement des dires des enfants contribuent significativement à l’amélioration de ces questions de santé publique. Ce faisant, nous nous interrogerons plus largement sur les dynamiques des constructions socio-sanitaires des vulnérabilités et sur les dimensions sociales des catégories éthiques. Si l’anthropologie décrit et analyse des situations d’enfances elle est aussi partie prenante des nouveaux statuts de l’enfance et des politiques de santé en Afrique de l’Ouest.
[Pour celles et ceux qui le souhaiteraient, un film témoigne d’une partie de ce travail : http://g-i-d.org/fr/gid-sante/programmes-de-recherches-en-cours/item/401-l-enfant-au-coeur-des-soins]

15h00 Tamara Dmitrieva

Doctorante EHESS-CNE

« Enfances sourdes : enfances à part ou à part entière ? »

Cette communication propose de faire un retour sur l’enquête en cours auprès de jeunes sourds et de leurs familles (dans la région marseillaise). A partir de quelques portraits d’enfants, nous essaierons d’approcher leurs expériences singulières de grandir sourd.e. La surdité prenant son sens dans une relation entre le sujet et le milieu, étudier des enfances sourdes permet de revenir sur les questions de la norme, de la différence et du handicap, ainsi que réinterroger le « naturel » et l’ « humain », notamment en matière du développement du langage. Enfances sourdes : enfances à part ou à part entière ? Cette communication propose de faire un retour sur l’enquête en cours auprès de jeunes sourds et de leurs familles (dans la région marseillaise). A partir de quelques portraits d’enfants, nous essaierons d’approcher leurs expériences singulières de grandir sourd.e. La surdité prenant son sens dans une relation entre le sujet et le milieu, étudier des enfances sourdes permet de revenir sur les questions de la norme, de la différence et du handicap, ainsi que réinterroger le « naturel » et l’ « humain », notamment en matière du développement du langage.

16h00 Discussion


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.