La sexualité mise à nu, séance du 18 mars 2016 : Programme

Programme de la journée

9h30 – 10h00 : Accueil des participants / Café de bienvenue

10h00 – 10h15 : Introduction

10h15 – 11h00 : Alice Servy (Doctorante à l’EHESS, chargée de cours à AMU, membre du CREDO et du Bergen Pacific Studies Group), « Représentations et traitements du « viol » au Vanuatu : Analyse de trois sujets d’opposition entre les organismes de sensibilisation et les habitants d’une communauté urbaine de Port-Vila »

11h00 – 11h45 : Marie Romero (CNE, EHESS – Doctorante en sciences sociales), « Qualifier et incriminer pénalement l’inceste : les incertitudes du droit pénal contemporain »

12h00 – 14h30 : Pause déjeuner

14h30 – 15h15 : Julie Remoiville (Docteure de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) en Études de l’Extrême Orient, Postdoctorante rattachée au laboratoire Groupe Sociétés Religions Laïcités (GSRL/CNRS)), « Redéfinition du rôle, du statut et de la place du père dans les familles chinoises contemporaines : étude de cas à Hangzhou »

15h15 – 16h00 : Laurence Hérault (Anthropologue, Professeure, Aix- Marseille Université, IDEMEC), « La photoplétysmographie vaginale ou comment construire « scientifiquement » l’orientation et le désir sexuels des femmes transgenres et cisgenres »

16h00 – 16h30 : Discussion générale / conclusion

Résumés des interventions 

Alice Servy (Doctorante à l’EHESS, chargée de cours à AMU, membre du CREDO et du Bergen Pacific Studies Group)

« Représentations et traitements du « viol » au Vanuatu : Analyse de trois sujets d’opposition entre les organismes de sensibilisation et les habitants d’une communauté urbaine de Port-Vila »

Au Vanuatu, l’usage de la force physique à l’égard des femmes est très répandu. D’après une enquête conduite en 2009, 60 % des femmes interrogées dans cet archipel mélanésien avaient déjà subi des « violences physiques ou sexuelles » de la part de leur partenaire et 48 % d’entre elles avaient déjà connu l’une ou ces deux formes de « violences » infligées par une personne autre que celui-ci. Du fait de la signature d’accords internationaux et des financements et de l’expertise extérieurs reçus par le Vanuatu, des organismes de sensibilisation interviennent régulièrement dans le pays pour prévenir les « violences » à l’égard des femmes, en particulier dans la capitale de l’archipel, Port-Vila.

Mais le travail de médiation effectué par ces acteurs locaux – afin que des concepts formulés par des chercheurs et des organismes internationaux puissent être intégrés dans un contexte social et culturel spécifique, tel que celui de Seaside Tongoa – fait néanmoins face à des difficultés et à des résistances. Dans cette présentation, nous analyserons trois lieux d’opposition entre les organismes de sensibilisation et les habitants de la communauté urbaine de Seaside Tongoa : les définitions du « viol », les manières de le traiter et les conceptions du droit. Nous verrons que les organismes de prévention de la « violence » à l’encontre des femmes présents à Port-Vila font face à des résistances de la part de la population : parce qu’ils tentent de redéfinir les frontières de la sexualité légitime et utilisent une définition élargie du « viol » incluant des situations où la « victime » est localement considérée comme responsable de son agression ; parce qu’ils prônent le recours à un système judiciaire étatique, qui s’intéresse principalement à la « victime » en tant qu’agent individuel atteint dans son intimité, plutôt qu’aux relations entre les familles ; et parce qu’ils revendiquent une conception égalitaire et universelle du droit, au lieu d’une vision hiérarchique. Ces organismes de sensibilisation cherchent ainsi à imposer de nouvelles hiérarchies de valeurs et de nouvelles représentations de la personne à Port-Vila.

Marie Romero (CNE, EHESS – Doctorante en sciences sociales)

« Qualifier et incriminer pénalement l’inceste : les incertitudes du droit pénal contemporain »

On assiste dans nos sociétés occidentales contemporaines à une évolution marquante en termes de reconnaissance de l’inceste, considéré depuis 2007 par le conseil de l’Europe comme la forme la plus grave de l’abus sexuel sur mineur. En France, au tournant de la loi du 8 février 2010, l’urgence est à la visibilité d’un phénomène difficilement mesurable, et des débats s’engagent entre juristes, pénalistes, législateurs sur l’opportunité d’incriminer l’inceste en tant que tel. En effet, le droit pénal actuel ne retient le lien de famille que comme une circonstance aggravante, par « ascendant ou personne ayant autorité », des infractions de viol, d’agression sexuelle et d’atteinte sexuelle sur mineur de 15 ans (à l’exception de l’atteinte sexuelle sur mineur de plus de 15 ans). Toutefois, la règle d’incrimination de l’inceste varie peu après la loi du 8 février 2010. Elle reste complexe et montre de nombreuses zones d’incertitudes. D’une part dans la prise en compte de certains liens de famille (liens de germanité, de collatéralité) et des situations péri-incestueuses les plus à la marge. D’autre part, dans l’épineuse question de preuve du consentement du mineur victime d’inceste. Aussi, l’objectif de cette communication est de présenter les écarts entre le droit et son application dans les tribunaux grâce à la sociologie judiciaire. Nous nous baserons sur une enquête qualitative d’archives judiciaires de 27 dossiers jugés en tribunal correctionnel et tribunal pour enfant au cours de l’année 2010. Notre hypothèse centrale de recherche s’appuie sur une recomposition générale du permis et de l’interdit sexuel qui substitue l’interdit des places (symboliques) par l’interdit des âges (physiques).

Julie Remoiville (Docteure de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) en Études de l’Extrême Orient, Postdoctorante rattachée au laboratoire Groupe Sociétés Religions Laïcités (GSRL/CNRS))

« Redéfinition du rôle, du statut et de la place du père dans les familles chinoises contemporaines : étude de cas à Hangzhou »

Façonnées essentiellement par l’idéologie patriarcale confucéenne, les familles chinoises diffèrent en de nombreux points des familles occidentales, notamment avec un respect profond des traditions, des structures familiales et des rôles de genre. Toutefois, les importants changements économiques, sociaux, politiques et culturels qu’a connus la société chinoise depuis les années 1980, ont complexifié les interactions entre tradition et modernité, engendrant des transformations considérables au sein de l’espace familial.

Alors que les femmes sont de plus en plus nombreuses à travailler en Chine urbaine contemporaine, il est intéressant de se demander dans quelle mesure les politiques égalitaires ont influé sur le comportement, le rôle et la place des pères dans la structure familiale moderne. Afin de considérer les transformations récentes qui touchent les hommes dans le contexte familial chinois, je suis partie d’une étude de la vie de tous les jours, et de la structure de la société dans laquelle elle se déroule. Contrairement aux études théoriques qui comprennent les actions des individus comme déterminées par des structures sociales, cette méthode m’a permis d’analyser les trois niveaux – individuels, relations interpersonnelles, et structure de la société – avec l’idée de comprendre la vie quotidienne des gens qui créent, maintiennent et changent les structures de la société, en me concentrant essentiellement sur le niveau local. Pour cela, j’ai mené une enquête de terrain dans la ville de Hangzhou, capitale de la province du Zhejiang, située en Chine centrale. Durant cinq mois, j’ai côtoyé quatorze jeunes pères chinois dans leur quotidien, aussi bien dans leur espace familial que dans leur environnement social élargi, dans le but d’appréhender dans quelle mesure et jusqu’à quel point, le statut et le rôle du père a été altéré dans les familles chinoises contemporaines, et comment la paternité a été questionnée et redéfinie en contexte urbain.

Laurence Hérault (Anthropologue, Professeure, Aix-Marseille Université, IDEMEC)

« La photoplétysmographie vaginale ou comment construire ”scientifiquement” l’orientation et le désir sexuels des femmes transgenres et cisgenres »

La photoplétysmographie vaginale est une mesure de la vasocongestion du vagin utilisée pour évaluer l’excitation sexuelle chez les femmes. Elle a été mise au point dans les années 1970 par James Geer sur le modèle de la plétysmographie pénienne inventée dans les années 1950 par Kurt Freund. Bien que son intérêt et sa fiabilité soient discutés, elle est régulièrement utilisée par certains sexologues ou psychiatres pour conduire des études sur le désir sexuel féminin. A partir de recherches menées au Centre for Addiction and Mental Health (CAMH) de Toronto, on tentera de montrer comment elle est utilisée pour comprendre les changements d’orientation sexuelle des femmes trans après traitement hormono-chirurgical mais aussi comment elle intervient dans la constitution de la différence du désir et de l’orientation sexuelle chez les femmes et les hommes.

 

Crédits : Sex par Rupert Ganzer, licence CC BY NC SA.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.