L’anonymat, séance du 25 janvier 2013 : Programme

Programme de la journée 

9h-9h15 : Accueil des participants

9h15-9h30 : Introduction

9h30-10h15 : Cécile Leguy (invitée CEMAF, Professeur d’anthropologie linguistique à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle), « Nom secret et anonymat »

10h15-11h : Sophie Chave-Dartoen (invitée IrAsia, MCF à l’Université Bordeaux-2 Segalen, ADES), « Les ancêtres sans noms sont-ils sans importance ? »

11h-11h15 : Pause

11h15-12h : Serge Tcherkézoff (invité CREDO, directeur d’études EHESS, Aix-Marseille Université, CNRS, CREDO UMR7308),  « L’impensable anonymat : certainement à Samoa, sans doute en Océanie, vraisemblablement dans toutes les sociétés non-individualistes »

12h-14h : Pause déjeuner

14h : Reprise

14h30-15h15 : Laurence Héraut (invitée IDEMEC, MCF anthropologie, Aix-Marseille Université), « Identification et anonymat des personnes trans »

15h15-16h : Irène Théry (invitée CNE, directrice d’études à l’EHESS, Centre Norbert Elias), « L’anonymat des dons de gamète : un révélateur des paradoxes du modèle bioéthique français »

16h-16h30 : Conclusion

Résumés des interventions

Cécile Leguy (invitée CEMAF), Professeur d’anthropologie linguistique à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle.

« Nom secret et anonymat »

Résumé : Dans quelle mesure la pratique du nom secret, attribué – mais non usité par mesure de précaution – à un individu lors d’un rituel d’entrée dans la communauté, relève-t-elle de l’anonymat ? Si un nom est donné, il est cependant tu, caché durant tout le temps de la vie. Si l’individu a suffisamment vécu pour prétendre accéder au rang d’ancêtre, il sera nécessaire de retrouver ce nom caché, souvent en ayant recours aux services d’un devin. Cependant, devenu ancêtre, c’est de manière anonyme que le défunt sera sollicité par ses descendants dans leurs prières. Nous traiterons de la question de l’anonymat à partir de la nomination rituelle, telle qu’elle se présente chez les Bwa du Mali, en parallèle à la circulation des différents noms d’usage qu’un individu peut porter au cours de sa vie.

Sophie Chave-Dartoen (invitée IrAsia), ADES (UMR-CNRS 5185) Département d’ethnologie – anthropologie sociale et culturelle, Université Bordeaux Segalen.

« Les ancêtres sans noms sont-ils sans importance ? »

Résumé : Le nom apparaît, à Wallis (Polynésie) et dans de nombreuses autres sociétés, comme une composante de la personne, qui lui confère et manifeste son statut. Dans de tels contextes, l’anonymat est moins à comprendre comme un défaut d’identité personnelle, que comme une forme d’insignifiance sociale. Toutefois il n’en va pas ainsi des innombrables ancêtres qui, anonymes, assurent la fertilité du pays et la prospérité de la société dans son ensemble. Il renvoie bien souvent, dans ces cas, au nombre, à la généralité, à l’inquantifiable… Sous certains aspects, l’anonymat exclut donc du monde social, mais sous d’autres, il renvoie à des représentations cosmologiques où les catégories telles que celles des « morts » ou des « ancêtres », généralement anonymes, relèvent d’un mode d’existence propre aux entités de l’univers qui préexistent au monde social dans son organisation contingente, assurant sa vie et son renouvellement.

Serge Tcherkézoff (invité CREDO), directeur d’études EHESS, Aix- Marseille Université, CNRS, CREDO UMR7308.

« L’impensable anonymat: certainement à Samoa, sans doute en Océanie, vraisemblablement dans toutes les sociétés non-individualistes »

Résumé : Cet exposé est en partie ethnographique, en partie volontairement contradictoire. Au plan ethnographique, on suggérera d’abord que, dans la société polynésienne de Samoa, la notion est impensable, dans l’ordre des humains du moins. L’identification d’un individu par un nom particulier (un nom “propre” comme nous disons) est à ce point indispensable que même les mots de la parenté anonyme, si courants ailleurs (en adresse: “papa”, “maman”… ou en référence: “mon oncle”, “ma tante”) sont inexistants. Autre exemple: le don anonyme est tout autant impensable, même dans des contextes où, d’un point de vue occidental (ou “moderne”, ou global comme on veut), l’anonymat est de rigueur: l’obole, la donation à des oeuvres charitables, à toute entreprise collective, etc. En contrepartie, peut-être, le changement de nom est chose courante, de même que l’addition sans limite d’une série de noms. Un autre exemple océanien sera invoqué, qui va plus loin: chez les Kwaio des Salomons, toute chose a un nom, même si “on ne le connaît pas encore”. A ce propos, au plan méthodologique — et volontairement contradictoire – Il sera fait référence à l’hypothèse lévi-straussienne qui veut que le monde a “signifié d’emblée”, alors que le procès de “connaissance” est un développement jamais achevé. Cette hypothèse exclut la possibilité de l’anonymat. On évoquera aussi l’hypothèse dumontienne du caractère particulier des sociétés “individualistes”. Dans ce cadre, la notion d’anonymat n’est-elle pas une notion qui appartient seulement à une idéologie historiquement datée, celle des sociétés “individualistes” (au sens de Louis Dumont), prolongée par l’idéologie contemporaine du monde “moderne-global”, ce qui impliquerait qu’elle est, a priori, une notion noncomparative? D’ailleurs, les exemples évoqués dans le texte d’appel, aussi variés soient-ils, n’appartiennent-ils pas tous à ce monde-là, lequel, s’il est global n’en demeure pas moins très particulier?

Laurence Héraut (invitée IDEMEC), MCF anthropologie, Aix-Marseille Université.

« Identification et anonymat des personnes trans »

Résumé à venir

Irène Théry (invitée CNE), directrice d’études à l’EHESS, Centre Norbert Elias.

« L’anonymat des dons de gamète : un révélateur des paradoxes du modèle bioéthique français »

Résumé à venir

 

Crédits : Anonymity, Plate 6 par Thomas Hawk, licence CC BY NC.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.