Plus belle la mort, séance du 17 avril 2015 : Programme

Programme de la journée

9h15 – 9h30 : Accueil

9h30 – 9h45 : Introduction

9h45 – 10h30 : “Quand l’archéologie se penche sur les morts récents” (Anne RICHIER, Stefan TZORTZIS, Hervé GUY, INRAP, DRAC)

10h30 – 11h15 : “La mort chinoise en Algérie : regards anthropologiques sur un problème public” (Loïc LE PAPE, IREMAM, IDEMEC, AMU)

11h15 – 11h30 : Pause

11h30 – 12h15 : “The killing of killing and the death of death ? Mortuary transformations among the Gebusi of Papua New Guinea and elsewhere” (Bruce M. KNAUFT, Emory University, Atlanta)

Déjeuner

14h30 – 15h15 : “The day of the dead, Mexican national symbol” (Stanley BRANDES, University of California, Berkeley)

15h15 – 16h00 : “Une figure de l’anomie mortuaire : les exécutés en France au XIXᵉ siècle” (Anne CAROL, TELEMME, AMU-CNRS)

16h00 – 16h15 : Pause

16h15 – 17h00 : “Le deuil au prisme du don” (Joël NORET, LAMC, l’Université Libre de Bruxelles)

Conclusion

Résumés des interventions

Anne RICHIER, Stefan TZORTZIS, Hervé GUY (archéoanthropologues) INRAP, DRAC

« Quand l’archéologie se penche sur les morts récents »

L’archéologie des périodes récentes est une discipline nouvelle, qui a encore du mal à trouver sa place et sa légitimité au sein de la recherche française. Jusqu’il y a peu et encore dans certaines régions, les périodes moderne et contemporaine peinent à être prises en compte, a fortiori pour les sites funéraires. Ce désintérêt s’explique par une tradition française considérant que l’archéologie ne concerne que les périodes anciennes, par la richesse de sources autres qu’archéologiques et par les questions morales et éthiques que l’archéologie funéraire des temps récents soulève. Depuis quelques années toutefois, ces périodes commencent à être investies : plusieurs cimetières, dont l’un fermant en 1905, ont pu être fouillés, plusieurs sites liés à des épisodes dramatiques de l’histoire (épidémies, guerres) ont été investis archéologiquement. Les premiers résultats sont particulièrement intéressants et vont au-delà de la discipline archéologique puisqu’ils interrogent la société sur le traitement des morts récents.

Loïc LE PAPE (socioanthropologue), IREMAM, IDEMEC, AMU

« La mort chinoise en Algérie : regards anthropologiques sur un problème public »

La population chinoise en Algérie est composée majoritairement de travailleurs pauvres, embauchés à la faveur de marchés publics de construction (logements, autoroute, grandes infrastructures) remportés par des entreprises chinoises ou des consortiums algérochinois. Ces travailleurs, embauchés directement par les entreprises vivent dans des « basesvie » adossés aux chantiers où ils travaillent. La mort de certains des ouvriers, le plus souvent de manière accidentelle, est devenue problème public, car les autorités algériennes ne savent que faire des dépouilles. Face aux coûts exorbitants des rapatriements de corps, puis, face à l’abandon du projet d’enterrer les personnes décédées dans les cimetières « européens », c’est-à-dire chrétiens, l’une des solutions a été de prôner l’ouverture d’un cimetière « chinois ». Dans le contexte très politique des regroupements d’anciens cimetières européens, et face à l’impossibilité de l’inhumation dans les cimetières musulmans, l’enjeu de la mort chinoise en Algérie est d’abord de penser l’autre dans ses différences, et dans la nécessaire reconnaissance de celles-ci. De plus, la mort des immigrés chinois

questionne un problème public (la gestion de la mort) dont les enjeux touchent à l’identité même de l’État algérien.

Bruce M. KNAUFT (anthropologue) Emory University, Atlanta

« The killing of killing and the death of death ? Mortuary transformations among the Gebusi of Papua New Guinea and elsewhere »

Customary mortuary practices among Gebusi – as among many other peoples of the fringe highlands areas of Papua New Guinea – entailed elaborate treatments of the corpse ; divination concerning the underlying cause of death informed an extremely high rate of customary execution of persons deemed to be sorcerers within the community. By the late 1990 s, Gebusi death practices and beliefs had been greatly transformed in relation to Christianization. Traditional corpse practices, shamanic spirit séances, divinations, and sorcery accusations were all virtually defunct, and have not been revived since, while the homicide rate has been effectively zero since the late 1980 s. Christian Gebusi practices concerning death reflect a modern tendency to kill death itself – to consider the physicality of death to be an antisocial and nonsocial process. This loss puts more weight on the social and social structural dimensions of gift exchange to mediate relations that currently have little expression or reflection in spiritual ontology or ritual – either customary or Christian. Gebusi transformations of death practice have thus entailed both the killing of killing and the death of customary death relations. This parallels and also diverges from contemporary death practices in the West, suggesting alternatively modern routes to the mediation of death and the potentials for reenchanting it.

Stanley BRANDES (anthropologue), University of California, Berkeley

« The day of the dead, Mexican national symbol »

The Day of the Dead—Mexico’s special version of All Saints and All Souls Days—can be interpreted as a symbolic secondary burial, in Robert Hertz’s terms. It has also become transformed into a symbol of the nation itself for Mexican citizens and foreigners alike. This talk attempts to describe and explain four main paradoxes or counterintuitive elements associated with this widespread celebration : (1) the combination of sweetness and death ; (2) the combination of humor and death ; (3) a radical increase in ritual expense and elaboration, despite a precipitous decline in Mexico’s death rate and the country’s increase in life expectancy ; and, finally, (4) an intensification of features that are unique to the Mexican celebration, despite Mexico’s ever more intimate contact with the United States and Western Europe.

Anne CAROL (historienne), TELEMME, AMU-CNRS

« Une figure de l’anomie mortuaire : les exécutés en France au XIXᵉ siècle »

Si la Révolution française a mis fin au prolongement de la peine sur le corps des exécutés et leur a redonné droit à une sépulture ordinaire, les restes des guillotinés ont continué, pour une grande part d’entre eux, à faire l’objet tout au long du XIXᵉ siècle d’un traitement discriminant. Ce sont les multiples figures de cette anomie mortuaire qui seront présentées ici, en les mettant en perspective à la fois avec les usages de l’époque moderne, le développement du culte des morts au XIXᵉ siècle et les débats autour de la criminalité et de la peine de mort.

Joël NORET (anthropologue) LAMC, l’Université Libre de Bruxelles

« Le deuil au prisme du don »

La question du deuil psychique, entendue ici comme celle de la transformation douloureuse de la relation à un(e) défunt(e), peut être reprise de manière suggestive à partir de la question du don. Non que l’anthropologie ait ignoré la place que les dons aux morts peuvent occuper dans les funérailles. Ni que la question du deuil ait déjà fait l’objet de travaux importants. Mais bien que le don offre un angle productif à partir duquel penser le deuil psychique et ce, à la fois dans son universalité et ses spécificités historiques. Ainsi, je suggère de considérer la productivité du don dans l’opération du deuil psychique, et d’envisager celui-ci à partir de l’idée que différentes formes de dons – en argent et sous d’autres formes de biens matériels, mais aussi en temps, en attention, etc. – jouent un rôle essentiel dans la douloureuse transformation de la relation du défunt qui est au cœur du processus. Cet argument théorique sera exemplifié par différentes vignettes ethnographiques issues de mes recherches dans le Bénin méridional comme d’autres travaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.