Récits, Migrations, Cosmopolitismes / Séance #6

Pour notre dernière séance de l’année 2018-2019, nous nous retrouverons sur le site Saint-Charles d’Aix-Marseille Université, le lundi 15 avril. Nous y discuterons, toute la journée durant, avec nos cinq intervenants, de parcours qui façonnent les liens de la Méditerranée au monde, des migrations qui les figurent, des récits qui les content. Retrouvez-nous dès 9h30, dans l’amphithéâtre Massiani, pour cette journée de clôture du SILAAM qui convoquera l’histoire, l’anthropologie, la géographie.

Le programme en bref 

9h30 – 12h

  • Isabelle MERLE (CREDO /CNRS, historienne) “Algérien en Nouvelle-Calédonie : le destin calédonien du déporté Ahmed Ben Mezrag Ben Mokrani”
  • Ben KIERNAN (chaire IMERA-EHESS Etudes transrégionales / Yale University, historien) “Southeast Asia and the Mediterranean: Autonomy and Integration of Maritime World Regions over Three Millennia”

14h – 17h30

  • Claire BULLEN (ENSA-M/CNRS-IDEMEC, anthropologue), “Oran, ville méditerranéenne ? Une analyse située dans le temps, l’espace et les enjeux de pouvoir”
  • Amandine CHAPUIS (MCF, Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs, Université de Marne-la-Vallée, géographe), Sébastien JACQUOT (MCF en géographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) “Mettre en tourisme les présences migratoires à Paris : une géographie politique”
  • Roberto BENEDUCE, (Université de Turin & Centre Frantz Fanon, anthropologue) “Les défis d’une aventure encore ambiguë. Migration, asile et violence bureaucratique”

Informations pratiques

Amphithéâtre Massiani

Site Saint-Charles

9 h 40 – 17 h 30 

Programme complet 

Isabelle MERLE (CREDO/CNRS) « Algérien en Nouvelle-Calédonie : le destin calédonien du déporté Ahmed Ben Mezrag Ben Mokrani »

Ahmed Ben Mezrag Ben Mokrani, frère du principal leader de l’insurrection kabyle de 1871, membre de la prestigieuse famille Mokrani, dont le père fut Calife de la Medjana et allié du bey de Constantine, est condamné à mort le 27 mars 1873 pour incitation à la guerre et faits insurrectionnels. Sa peine est commuée le 13 octobre 1873 en déportation simple à la Nouvelle-Calédonie, où il débarque en octobre 1874.

L’homme est célèbre du fait de son histoire algérienne mais son devenir en Nouvelle-Calédonie où il réside jusqu’en 1904 est beaucoup moins connu. Ce sont pourtant les longues années passées dans cette île du Pacifique qui nous intéressent ici, au cours desquelles Ahmed Ben Mezrag rallie les forces françaises pour combattre l’insurrection kanak de 1878 puis s’installe à Nouméa pour monter et faire fructifier une entreprise postale. L’itinéraire est intéressant parce que paradoxal. Le fier notable kabyle, combattant contre l’occupation française, saura, en Nouvelle-Calédonie, s’accommoder de la « situation coloniale » en devenant un loyal représentant de la cause française et un honorable « habitant » de la colonie. L’enjeu est de mieux comprendre les logiques malheureuses ou heureuses d’un tel dénouement.

Ben KIERNAN (chaire IMERA-EHESS Etudes transrégionales / Yale University) « Southeast Asia and the Mediterranean: Autonomy and Integration of Maritime World Regions over Three Millennia »

A long-range comparative study of the Mediterranean and Southeast Asian worlds involves the histories of two maritime regions. Their histories are autonomous, if often parallel, but more integrated over time. Studying them jointly requires comparing environmental conditions, agriculture, trade, statecraft, religious pluralisms, uses of and limitations on violence, climate change, colonization and decolonization, the impact of the two World Wars, and globalization. My presentation will briefly examine some possible contributions to what might be learned about the beginnings of a Celtic “Mediterranean” civilization from what is known of Southeast Asian agricultural history and from the process of the “Indianization” of early Southeast Asia.Sil

Amandine CHAPUIS (MCF, Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs, Université de Marne-la-Vallée), Sébastien JACQUOT (MCF en géographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) « Mettre en tourisme les présences migratoires à Paris : une géographie politique »

Dans cette intervention je m’intéresse à la manière dont les présences migratoires, à Paris, sont mises en tourisme. Je questionne les rhétoriques développées par les acteurs traditionnels du tourisme dans le cadre de la marchandisation culturelle, mais aussi le rôle que jouent les migrants eux-mêmes, dans ce processus de mise en récit et de mise en scène d’une mémoire migratoire, d’une communauté, d’un quartier spécifique, en tant que co-producteurs des ethnoscapes urbains et/ou en tant qu’entrepreneurs de la métropole cosmopolite, à l’heure où d’un côté triomphe dans beaucoup de villes l’idéologie de la ville créative, mais où, de l’autre la question migratoire demeure une question vive dans la société française. J’en viens donc à interroger la manière dont se déploie à travers ces récits une géographie politique de la place des migrations dans la ville.

Claire BULLEN (ENSA-M/CNRS-IDEMEC), « Oran, ville méditerranéenne ? Une analyse située dans le temps, l’espace et les enjeux de pouvoir »

Le but de cette communication est d’examiner le sens et la valeur relative de la notion de Méditerranée dans les villes qui bordent les rives (des villes méditerranéennes ?) de cette mer qui unifie et divise. Pour ce faire, Oran servira de « point d’entrée » d’où explorer la signifiance relative de la Méditerranée dans la seconde ville d’Algérie, située sur la rive méridionale du bassin méditerranéen. Dans l’histoire récente, les décideurs urbains d’Oran ont mis en exergue une certaine identité « méditerranéenne », une politique incarnée par la candidature aux Jeux méditerranéens de 2021. Cependant, la dimension « méditerranéenne » des politiques de promotion de la ville n’est pas stable. Afin d’explorer le pourquoi et comment de ces engagements variables dans les récits urbains, j’irai puiser dans mon terrain ethnographique de 2017, mené auprès d’associations patrimoniales qui ont participé aux réseaux « euro-méditerranéens » depuis les années 2000, contribuant ainsi à la fabrication et la propagation de l’image d’Oran comme « ville méditerranéenne par excellence ». Une analyse des pratiques patrimoniales de ce secteur associatif depuis les années 1990, située dans le temps, l’espace et les rapports de force multi-scalaires, nous permettra de scruter les représentations et les pratiques patrimoniales méditerranéennes à Oran dans une optique comparative plus large.

Roberto BENEDUCE (Université de Turin & Centre Frantz Fanon) « Les défis d’une aventure encore ambiguë. Migration, asile et violence bureaucratique »

La migration est devenue l’énigme des sociétés d’où on émigre autant que des sociétés d’accueil. Si le spectre de la mort qui assiège le voyage des migrants intensifie l’ambiguïté de leur « aventure », le phantasme d’une « colonisation inversée » envahit l’imaginaire social et nourrit le racisme et la violence étatique. Les lois récemment adoptées par le gouvernement italien sont une expression éloquente de cette dérive et de ces anxiétés. L’analyse sera portée sur les contradictions des politiques d’asile, les opacités épistémologiques affleurant sur la toile de fond raisons pour obtenir la protection internationale, ainsi que sur la souffrance et les récits des demandeurs d’asile.