Plus belle la mort, séance du 30 janvier 2015 : Programme

Programme de la journée 

9h – 9h15 : Accueil

9h15 – 9h30 : Introduction

9h45 – 10h30 : Arnaud ESQUERRE (LESC, CNRS), « Les morts ne sont plus ce qu’ils étaient. Les changements des rapports des vivants avec les morts en France depuis les années 1970 »

10h30 – 11h15 : Marine Jeanne BOISSON (LIER, EHESS), « Les temps du mourir. Chaine du soin et travail sur l’irréversible dans le passage entre la vie et la mort »

11h15 – 11h30 : Pause

11h30 – 12h15 : Dominique MEMMI (CNRS), « Rematérialisation de la mort et supports contemporains de l’identité »

Déjeuner

14h30 – 15h15 : Filip de BOECK (IARA, KU Leuven) « “Cemetery State”, Vivre parmi les morts dans un quartier de Kinshasa »

15h15 – 16h00 : Anne GUILLOU (CASE, CNRS), « Traitements politique et rituel des morts du génocide khmer rouge. Evolution des enjeux depuis 1979 »

16h00 – 16h15 : Pause

16h15 – 17h00 : Christophe PONS (IDEMEC, CNRS), « Les morts de l’en deçà. Des morts qui jamais ne vécurent parmi les vivants »

Conclusion

Résumés des interventions 

Arnaud ESQUERRE (LESC, CNRS)

« Les morts ne sont plus ce qu’ils étaient. Les changements des rapports des vivants avec les morts en France depuis les années 1970 »

De profonds et rapides changements ont lieu dans les rapports des vivants avec les morts depuis la fin du 20e siècle en France. On peut les faire apparaître en les saisissant au moins sous quatre aspects : la

spectaculaire montée de la crémation, la contestation de l’exposition de restes humains et leur sortie de collections publiques vers d’autres États qui les ont demandés, la condamnation nouvelle de la profanation, et l’évolution de la pratique de l’autopsie dans un cadre médicolégal. En apparence distincts, ces mouvements sont convergents et sont notamment liés entre eux par une évolution juridique partagée qui vise notamment à renforcer l’opposition entre personne et chose, et à établir une continuité plus grande entre les humains vivants et morts en les attachant à un territoire.

Marine Jeanne BOISSON (LIER, EHESS)

« Les temps du mourir. Chaîne du soin et travail sur l’irréversible dans le passage entre la vie et la mort »

L’intervention se propose de revenir sur l’ethnographie que j’ai menée au sein d’une équipe de soins palliatifs hospitalière, car ce temps de prise en charge est apparu comme l’un des moments de négociation les plus incertains et les plus tendus dans le passage du vivant au mort.

Dans un premier temps, nous reviendrons sur le travail préalable de l‘équipe mobile pour négocier avec les autres équipes hospitalières la catégorisation de certains malades comme « mourants », c’est-à-dire comme des êtres dont la vie s’inscrit désormais dans un contexte d’irréversibilité. « Un mourant, c’est une personne qu’on ne réanime pas ! ». Dans un deuxième temps, nous montrerons comment la mise en oeuvre de soins durant ce temps d’attente était en fait la source d’une grande incertitude dans ce service concernant le statut à attribuer au patient, ni complètement vivant, ni tout à fait mort, et le bon traitement à lui accorder. La gestion de cette incertitude donnait lieu à un travail minutieux et continu d’évaluation et de re-catégorisation de « l’état » de la personne. Il s’agira alors de décrypter ce travail d’attachement et de détachement progressif entre ce qui relève du corps et ce qui relève de la personne mené par les professionnels dans ce contexte pour gérer la lente sortie du patient de la communauté des vivants, en conflit ou en négociation avec la famille. Au regard de ce travail, nous interrogerons la possibilité de considérer le mouvement des soins palliatifs comme une tentative pour gérer « en spécialistes » un fragment du vivant « problématique » dans les sociétés occidentales contemporaines.

Dominique MEMMI (Cresppa CSU, CNRS)

« “Rematérialisation” de la mort et supports contemporains de l’identité »

Depuis le début des années 90, les parents d’un enfant né juste avant ou juste après la naissance sont encouragés à le toucher et à en recevoir une photographie. La confrontation avec le corps des défunts devient une impérieuse nécessité et la crémation est suspectée de nuire au « travail de deuil ». C’est le moment aussi, où, dans les organes transplantés s’insinue désormais la personnalité du donateur, menaçant la greffe de rejet psychique. Ainsi s’opère, autour de la mort, depuis une vingtaine d’années, et dans la plupart des pays occidentaux, une focalisation sur le corps comme support de l’identité.

Quelle inquiétude sous-tend ces conceptions que les professionnels du psychisme, du soin et du funéraire sont souvent les premiers et les plus soucieux de mettre en pratique ? Comment la chair se retrouve-t-elle ainsi investie d’effets psychiques censés resserrer des liens vécus comme trop lâches et des identités éprouvées comme trop flottantes ? À travers des gestes dont la convergence devait être mise en valeur, il s’agira de faire apparaître un tournant idéologique et culturel majeur.

Filip DE BOECK (Institute for Anthropological Research in Africa, KU Leuven)

« ” Cemetery State”, Vivre parmi les morts dans un quartier de Kinshasa »

À partir du film « Cemetery State » qu’il a produit en 2010 avec Sarah Vanag, Filip de Boeck nous invite de faire un tour dans le cimetière de Kintambo, un des cimetières les plus anciens et les plus grands de Kinshasa, la capitale de la RDC. Avec le temps, la ville s’est approchée de plus en plus du cimetière et des petites villes sont nées tout à fait à côté. Un de ces endroits est le bidonville fort peuplé de Camp Luka (connu également comme ” l’État “). Ici, les morts et les vivants habitent à proximité. Bien que le cimetière ait été fermé par les autorités locales il y a une vingtaine d’années, les gens de Camp Luka continuent à enterrer leurs morts là-bas. Le film suit les pas de Papa Mayaula et de son petit groupe de fossoyeurs.

Anne GUILLOU (CASE, CNRS)

« Traitements politique et rituel des morts du génocide khmer rouge. Evolution des enjeux depuis 1979 »

Mai 2014. Le Ministère de la culture cambodgien et le ” Tribunal des Khmers Rouges ” s’apprêtent à signer une convention relative à l’édification d’un stupa commémoratif des victimes de S21, la plus grande prison politique khmère rouge, grâce à un financement de la Coopération allemande. Des voix discordantes s’élèvent dans les associations de victimes (constituées en parties civiles dans les procès en cours) et d’autres: pourquoi suivre cette habitude, si étrangère aux Cambodgiens, de graver dans la pierre les noms des morts? Et comment associer en un même monument, sur le lieu de leur disparition, les victimes innocentes et les cadres khmers rouges purgés par leurs propres frères?

Quelque quarante ans après la fin du Kampuchea Démocratique, régime maoïste radical responsable de la disparition de plus d’1,7 million de Cambodgiens entre 1975 et 1979, les morts continuent de travailler les vivants et les relations entre les uns et les autres constituent des enjeux importants peutêtre même majeurs de la constitution et du devenir de la société cambodgienne, dans ses différentes composantes comme dans ses relations avec le monde occidental. L’exposé examinera les processus de catégorisations des morts (défunts familiers ou inconnus, ossements, preuves, ancêtres, esprits tutélaires, cadavresterre, support psychologique de deuil, attraction touristique, etc…) à l’oeuvre depuis 1979 au sein de différents groupes sociaux aux intérêts et aux modes de pensées plus ou moins divergents paysans khmers, Etatparti cambodgien, diaspora cambodgienne et monde du ” Tribunal des Khmers Rouges “.

Christophe PONS (IDEMEC, CNRS)

« Les morts de l’en deçà. Des morts qui jamais ne vécurent parmi les vivants. (Islande) »

Depuis une quinzaine d’années les mort-nés font une entrée discrète mais généralisée dans la plupart des cimetières chrétiens d’Occident. Cette nouveauté majeure est le fait d’une sécularisation ayant multiplié les régimes d’autorité qui investissent le champ d’une pensée symbolique du deuil et de son traitement ; elle a pour effet un élargissement de l’humanité par le bas, jusqu’à un seuil qu’aucune société n’avait encore envisagé. L’opération implique de repenser la cosmologie des êtres qui peuplent l’humanité, et d’inventer de nouveaux statuts pour des existants qui jamais ne vivront parmi les vivants.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.