Prise et emprise des drogues, séance du 11 avril 2014 : Programme

Programme de la journée

9h-9h15 : Accueil des participants

9h15-9h30 : Introduction

9h30-10h15 : Takuya WATANABE (invite du CNE – historien et sociologue, chargé de recherches à l’Université de Kyoto) « L’émergence de la catégorie de drogue, au point de vue historique »

10h15-11h : Chiara CALZOLAIO (invitée de l’IRASIA – doctorante IRIS-EHESS) « Expériences sociales et enjeux politiques de la « guerre contre les drogues » au Mexique. Une ethnographie à Ciudad Juárez »

11h-11h15 : Pause

11h15-12h : Marc TABANI (invite du CREDO – CREDO)  « Le kava à Vanuatu : usages contemporains d’un élixir syncrétique »

12h-14h : Pause-déjeuner

14h30-15h15 : Céline LESOURD (invitée de l’IMAF – EHESS, CNE) « Qât en stock (Ethiopie) ».

15h15-16h : Mélanie ROUSTAN (invitée de l’IDEMEC – maître de conférences en muséologie, Muséum national d’histoire naturelle) « Une anthropologie par la culture matérielle des drogues et dépendances »

16h-16h30 : Conclusion

Résumés des interventions

Takuya WATANABE

« L’émergence de la catégorie de drogue, au point de vue historique »

La catégorie des « drogues dangereuses » n’existe pas avant le début du XXe siècle et dans la médecine occidentale, l’opium (laudanum) était reconnu comme remède, la morphine comme calmant. C’est au XIXe siècle que se produit un changement épistémologique impliquant un processus de stigmatisation de l’usage des substances psychoactives : le médicament devient drogue. Cette stigmatisation n’est pas nécessairement engendrée par la critique moraliste ni par la découverte médicale des effets secondaires des drogues mais plutôt par la formation d’un contexte socio-économique qui tient la drogue pour antisociale. La toxicomanie est considérée comme « maladie dégénérative », du point de vue de l’évolution sociale et de l’hygiène publique. La « drogue » est constituée comme un envers d’une société moderne, en proie à l’obsession de progrès.

Chiara CALZOLAIO

« Expériences sociales et enjeux politiques de la « guerre contre les drogues » au Mexique. Une ethnographie à Ciudad Juárez »

Ciudad Juárez, ville mexicaine à la frontière avec les États-Unis, a été l’un des théâtres le plus violents de la « guerre contre le narcotrafic » lancée par l’ex-président mexicain Felipe Calderón Hinojosa pendant son mandat (2006-2012). Avec un bilan total de plus de cinquante mille victimes et dix mille disparus, il s’est agi de la majeure opération de « lutte contre la drogue » menée par le Gouvernement du Mexique depuis les années 1970. Sur la base d’une enquête ethnographique menée dans la ville frontalière entre 2008 et 2012, cette présentation se propose d’interroger les expériences sociales de la « guerre », d’analyser les manières dont elle a été traitée dans l’espace public et de la situer dans une histoire transnationale de militarisation de la lutte contre la production et le trafic de stupéfiants.

Marc TABANI

« Le kava à Vanuatu : usages contemporains d’un élixir syncrétique »

La consommation cérémonielle de kava à Vanuatu est le produit d’un héritage plurimillénaire. Le nord de l’archipel est reconnu comme le berceau géographique de la domestication de ce cultivar. Toutefois, c’est dans l’île méridionale de Tanna que les pratiques cérémonielles associées à cette plante ont connu les développements historiques les plus singuliers. Des influences polynésiennes tardives y ont contribué à élever le nikawa au rang de symbole d’un pouvoir d’essence spirituelle. Avec les débuts de la christianisation, l’éradication du kava y devint un objectif prioritaire des missionnaires. L’examen des enjeux collectifs successifs dont les pratiques rituelles liées au kava ont fait l’objet dans cette île, nous amèneront à préciser les étapes ultérieures de l’emblématisation culturelle du kava à une échelle nationale et dans un contexte global.

Céline LESOURD

« Qât en stock (Ethiopie) »

A partir de nos premiers pas sur ce nouveau terrain (2012-2013), notre communication propose, d’une part, de donner à comprendre comment la consommation du qât contribue à marquer les hiérarchies en opérant comme un critère de distinction social et religieux. D’autre part, nous proposerons de suivre les routes de sa commercialisation locale et au long cours – légale et illégale. L’émergence de ce produit stupéfiant dans les méandres du commerce mondial appelle en effet à une identification de ces nouveaux acteurs transnationaux et à l’analyse de leurs réseaux du local au global, du champ de l’Harargué au marché de l’est londonien. L’habileté stratégique développée dans les (re)connexions de leurs réseaux fera l’objet d’une attention particulière. Enfin, nous interrogerons les enjeux identitaires et politiques que soulèvent ce business : se pose en effet la question du contrôle par l’Etat de cette nouvelle manne financière et par ricochet le contrôle des acteurs et actrices de la filière du qât, des hommes et des femmes, musulmans, issus des groupes oromo ou somali, des groupes tenus en marge par le pouvoir.

Mélanie ROUSTAN

« Une anthropologie par la culture matérielle des drogues et dépendances »

Cette communication sera l’occasion de revenir sur un travail de thèse soutenu en 2005 et publié en 2007 (Sous l’emprise des objets ? Culture matérielle et autonomie, L’Harmattan). L’enjeu est d’aborder les drogues et dépendances en recourant à des notions issues des sciences sociales et de les interroger en termes de culture matérielle. Au travers d’un triple terrain de recherche – les pauses café-cigarette, la consommation de cannabis et la pratique du jeu vidéo – sont interrogés les mécanismes culturels, sociaux et individuels de qualification d’un objet en « drogue » et d’un rapport à l’objet en « dépendance ». La drogue est envisagée comme une catégorie d’objets, et la dépendance comme un discours normatif sur le rapport à l’objet, dont l’addiction serait une déclinaison issue du champ psychologique. Leur construction culturelle et sociale est analysée, aussi bien que les mécanismes de leur appropriation à l’échelle individuelle. Il s’agit de comprendre les ressorts du sens donné à l’action, d’un point de vue compréhensif. L’attention est portée sur le corps en mouvement, la relation aux objets matériels et les dynamiques de subjectivation, des « techniques du corps » aux « techniques de soi ». Se dessinent, en creux, les normes et valeurs d’une société contemporaine centrée sur la responsabilité et l’autonomie.

 

Crédits : Two wealthy Chinese opium smokers, Gouache sur papier de riz, 19ème siècle, mis à disposition par Wellcome Library, London, licence CC BY.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.