Prise et emprises des drogues, les sociétés observées dans leurs substances : Présentation

S’ils ont pu faire l’objet de nombreuses approches psychologiques et neurologiques, la drogue et ses usages sont longtemps restés à la périphérie des études anthropologiques. Insérés parmi d’autres éléments de détail dans les monographies classiques des sociétés qui leur donnaient une place d’ordre rituel et magico religieux, ils n’ont que très rarement constitué un objet en soi, propre à identifier une culture humaine (Singer, 2012).

Cependant, depuis les années 1960, avec l’éclosion de la contre-culture nord-américaine, et surtout depuis les années 1980 avec la progression de l’épidémie du VIH, le thème des pratiques liées aux narcotiques a gagné en légitimité et en visibilité, s’autonomisant ainsi du champ symbolique auquel il était associé dans l’anthropologie classique. Ainsi de nouvelles études, orientées vers la compréhension des modes et styles de vie liés aux substances psychoactives, ont privilégié la notion de « sous-culture », notamment dans le cadre d’une ethnographie urbaine des groupes d’usagers (Becker, 1963).

Les drogues et les substances addictives apparaissent désormais comme des objets problématiques qui peuvent servir de point d’observation de multiples enjeux et processus sociaux et constituent par conséquent un observatoire de choix pour l’anthropologie. En premier lieu parce que leur étude amène à confronter l’ethnographie avec des problèmes sociaux parmi les plus aigus du monde contemporain. En second lieu, du fait de la nature même de l’usage des drogues qui, impliquant une altération de la conscience et des corps, conduit à poser comme enjeu problématique la relation de l’identité et de l’altérité. En dernier lieu parce que l’ethnographie des usages des drogues s’articule à la fois à l’histoire sociale, aux représentations collectives, aux politiques publiques, à l’économie, et aux processus de subjectivation individuelles, elle constitue un point d’observation privilégiée de toutes les échelles où se façonne le social. Ce séminaire propose en premier lieu de rendre compte de la variété des approches anthropologiques de la drogue et de faire dialoguer deux traditions qui ne le font peut-être pas assez. Renvoyant au « Grand Partage » de l’anthropologie, on peut en effet distinguer d’une part une anthropologie des substances psychoactives dans les dispositifs rituels (religieux ou thérapeutiques) et d’autre part une approche, liée à l’anthropologie urbaine ou à l’anthropologie de la santé, de la drogue comme pratique déviante ou comme enjeu de politique publique. Dans tous les types de pratiques, chamaniques, thérapeutiques, récréatives ou addictives, l’idée de drogue, en son statut de pharmakon, renvoie à une substance étrangère qui prend possession du corps et de l’esprit de l’individu. Il existe donc des passerelles et des parallèles entre les deux types de perspectives, que ce séminaire a pour ambition d’approfondir. En second lieu, il s’agira de questionner l’ambivalence morale et le flottement sémantique qui enveloppent ce type de substances, et de discuter la manière dont l’anthropologie peut faire usage de la catégorie « drogue » sur un mode à la fois distancié et relativiste.

Bibliographie indicative

BECKER H., 1985 (1963) Outsiders, études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

BENZI M., 1972, Les derniers adorateurs du peyotl, croyances, coutumes et mythes indiens Huichol, Paris, Gallimard.

DAGOGNET F., 1964, La raison et les remèdes, Paris, PUF.

FAINZANG S., 1996, Ethnologie des anciens alcooliques. La liberté ou la mort, PUF.

FERNANDEZ J.W., 1974, « Tabernanthe Iboga : l’expérience psychédélique et le travail des ancêtres », in FURST P.T. (dir.), 1974, La chair des dieux. L’usage rituel de psychééliques, Paris, Le Seuil, pp. 219-248.

GARCIA A., 2010, The Pastoral Clinic: Addiction and Dispossession Along the Rio Grande, Berkeley, University of California Press.

GOLLNHOFER O., 1973, « Les rites de passage de la société initiatique du Bwiti chez les Mitsogho. La Manducation de l’iboga », thèse de doctorat, Sciences humaines, Paris.

LEGLEYE S., 2011, « Inégalités de genre et inégalités sociales dans les usages de drogues en France », thèse de doctorat, Santé publique, Paris.

MARY A., 1999, Le défi du syncrétisme, le travail symbolique de la religion d’Eboga (Gabon), Paris, Éditions EHESS.

MYERHOFF B., 1976, Peyote Hunt. The Sacred Journey of the Huichol Indians, Cornell University Press.

ROUSTAN M., DESJEUX D., 2007, Sous l’emprise des objets ? Culture matérielle et autonomie, Paris, L’Harmattan.

SCHAEFER S. & FURST P., 1997, People of the Peyote: Huichol Indian History, Religion and Survival, University of New Mexico Press.

SINGER M., 2012, “Anthropology and addiction: a historical review”, Addiction, Vol. 107, n°10, pp. 1747-1755.

WATANABE Takuya, 2012, « L’émergence de la drogue. La construction d’une catégorie à partir des cas de l’opium, du haschisch et de la morphine, XIXe-XXe siècles, France », thèse de doctorat, EHESS, Sciences sociales, Paris.

 

Crédits : Two wealthy Chinese opium smokers, Gouache sur papier de riz, 19ème siècle, mis à disposition par Wellcome Library, London, licence CC BY.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.