Une petite rébellion de temps en temps, divergences temporelles et drames sociaux : Présentation

Sociétés froides contre sociétés chaudes, temps cyclique contre temps linéaire, la notion de temporalité a été mobilisée à maintes reprises dans l’étude de l’organisation, ou du changement, des sociétés dites « primitives ». Ces dernières étant souvent renvoyées à une altérité radicale qui postule leur inscription dans un temps figé ou un temps ralenti alors même qu’elles étaient contemporaines des ethnographes qui les observaient.

Cette idée sous-tend en partie les différentes élaborations théoriques de la discipline. C’est ainsi que la construction de l’altérité temporelle a puisé dans la notion de temps cyclique, opposé à la linéarité supposée du temps des sociétés dites « modernes », pour construire cette image de l’autre lointain, dans le temps et dans l’espace. Un grand débat eut lieu quant à cette opposition entre le temps cyclique et le temps linéaire, notamment sous l’impulsion de l’école de Manchester. Il s’agissait de remettre en question la première catégorie en considérant le conflit social ou politique, constitutif de tout groupement, comme l’évidence de l’historicité de toute société, et conséquemment de l’inscription universelle dans un temps linéaire. Mais l’historicité de tous les collectifs signifie-t-elle pour autant la linéarité de la temporalité dont ils participent ? Est-il suffisant d’interroger le conflit social à l’aune de la linéarité supposée d’un temps prétendument universel ? Ne pourrait-on pas voir au contraire le caractère éminemment conflictuel du social, comme résultant de conjonctions de temporalités divergentes ?

Les mutations contemporaines du politique, résultant du phénomène de globalisation, aujourd’hui bien connues et commentées de toutes parts par les anthropologues, nous amènent à interroger de nouveau la notion de temporalité. C’est ce que nous proposons de faire, lors de ce séminaire. Il sera question de remettre ce débat à jour, notamment vu sous l’angle des mobilisations contestataires dont les nouvelles technologies de l’information et de la communication nous amènent aujourd’hui les échos des quatre coins du globe, avec des temporalités nouvelles qui sont de l’ordre de l’instantanéité. De part et d’autre, ces mouvements collectifs ont pour point commun de contester l’ordre politique, moral, économique et social établi, captant des ressources interprétatives à différentes échelles : locale, nationale aussi bien que mondiale. Par ailleurs, l’instantanéité évoquée remet en cause les anciennes temporalités de la mobilisation du fait du déplacement immédiat de l’information d’un point à l’autre de la planète. Les événements et leurs interprétations semblent de plus en plus simultanés à une même temporalité. Ces nouvelles modalités du vécu politique favorisent aussi l’émergence de différentes conjonctions de temporalités qui se rencontrent. Il s’agira ici de construire une approche multidimensionnelle de la mobilisation et des représentations du temps dans lesquelles elle s’inscrit et prend sens. Nous proposerons par conséquent d’éclairer les mouvements d’opposition contemporains et les mobilisations qu’ils génèrent à l’aune des temporalités qui y sont en jeu.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.