De l’habitat à la pratique : habiter ? Présentation

Lors de l’Exposition Universelle parisienne de 1889, l’architecte Charles Garnier proposa un parcours retraçant « l’histoire de l’habitation » en s’appuyant sur des données ethnographiques. Chalet scandinave, maison byzantine ou encore gallo-romaine, quarante-quatre modèles grandeur-nature se côtoyaient sur l’emplacement même – clin d’œil de l’histoire – de l’actuel Musée du Quai Branly. Par la suite, en 1892, est publiée L’habitation humaine, édition enrichie du Guide de l’Exposition écrite à quatre mains avec l’historien Auguste Ammann. L’ouvrage fait suite à la démarche analogue de Viollet Le-Duc et son Histoire de l’habitation humaine de 1875 (Bouvier, 2005). L’intérêt pour l’habitat remonte aux origines des sciences sociales et c’est d’ailleurs à des auteurs du XIXe siècle, comme Frédéric Le Play, que l’on doit par exemple les descriptions des logements ouvriers en Europe (Les ouvriers des deux mondes, 1857-1928 ; Les ouvriers européens, 1877-1879). Mais au-delà des démarches savantes, il semblerait que dans le sens commun, les populations humaines, dans leur infinie diversité, fussent définies et identifiées à partir d’un habitat pouvant même devenir emblématique, telles les yourtes des pasteurs sibériens, les maisons victoriennes anglo-saxonnes ou les gratte-ciel des New-yorkais. Thème classique et pluridisciplinaire, l’habitat et son corollaire, les pratiques d’habiter, n’en constituent pas moins un objet labile, propre à toutes sortes de projections idéologiques et par conséquent difficile à saisir dans son ensemble. Un effort de définition est donc nécessaire. Continuer la lecture de De l’habitat à la pratique : habiter ? Présentation

La sexualité mise à nu : Présentation

Les problématiques liées à la sexualité se trouvent de façon récurrente au centre des débats questionnant les catégories politiques, légales, sociales, voire identitaires. Georges Balandier définit la sexualité humaine comme un « phénomène social total : tout s’y joue, s’y exprime, s’y informe dès le commencement des sociétés ». Il ne s’agit pas pour autant d’une notion répondant à une définition unique : ce que l’on entend par sexualité varie en fonction des contextes sociaux, culturels et historiques.

Continuer la lecture de La sexualité mise à nu : Présentation

Plus belle la mort. Comment les morts façonnent les sociétés : Présentation

Dès leur origine la sociologie et l’anthropologie ont abordé la mort et transformé son approche, avec notamment les études classiques d’E. Durkheim (1897 & 1912), R. Hertz (1906), A. Van Gennep (1909), M. Mauss (1926) ou J. G. Frazer (1933).

Continuer la lecture de Plus belle la mort. Comment les morts façonnent les sociétés : Présentation

Prise et emprises des drogues, les sociétés observées dans leurs substances : Présentation

S’ils ont pu faire l’objet de nombreuses approches psychologiques et neurologiques, la drogue et ses usages sont longtemps restés à la périphérie des études anthropologiques. Insérés parmi d’autres éléments de détail dans les monographies classiques des sociétés qui leur donnaient une place d’ordre rituel et magico religieux, ils n’ont que très rarement constitué un objet en soi, propre à identifier une culture humaine (Singer, 2012).

Continuer la lecture de Prise et emprises des drogues, les sociétés observées dans leurs substances : Présentation

Une petite rébellion de temps en temps, séance du 27 janvier 2012 : Programme

Retrouvez le compte-rendu de la journée par Emmanuel Galland et Emir Mahieddine sur le site de la revue Temporalités.

Programme de la journée 

9h-9h15 : Accueil des participants

9h15-9h30 : Emmanuel Galland (doctorant CEMAF) : Introduction

Continuer la lecture de Une petite rébellion de temps en temps, séance du 27 janvier 2012 : Programme

Une petite rébellion de temps en temps, divergences temporelles et drames sociaux : Présentation

Sociétés froides contre sociétés chaudes, temps cyclique contre temps linéaire, la notion de temporalité a été mobilisée à maintes reprises dans l’étude de l’organisation, ou du changement, des sociétés dites « primitives ». Ces dernières étant souvent renvoyées à une altérité radicale qui postule leur inscription dans un temps figé ou un temps ralenti alors même qu’elles étaient contemporaines des ethnographes qui les observaient.

Continuer la lecture de Une petite rébellion de temps en temps, divergences temporelles et drames sociaux : Présentation

L’Anonymat, un objet qui ne dit pas son nom : Présentation

Le récent mouvement contestataire des Anonymous, les chartes d’éthique véhiculées par la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL) ou encore la lutte prônée par certaines associations contre l’anonymat en milieu urbain, montrent que la question de l’anonymat se situe au coeur de nombreux enjeux sociaux contemporains.

Continuer la lecture de L’Anonymat, un objet qui ne dit pas son nom : Présentation

Carnet du séminaire inter-laboratoires d'anthropologie Aix-Marseille